Mise à jour le 20 novembre 2012

Pierre Chiffelle a déposé 30 requêtes litigieuses pour Helvetia Nostra

Des oppositions faites par Helevetia Nostra dans le cadre de la Lex Weber ont été contestées.
Des oppositions faites par Helevetia Nostra dans le cadre de la Lex Weber ont été contestées. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
L'avocat d'Helvetia Nostra, Pierre Chiffelle, avait déjà admis avoir associé, contre leur gré, les noms de voisins dans des requêtes d'effet suspensif contre des projets de construction. Mais alors qu'il n'avait reconnu que deux cas, le gouvernement valaisan, lui, parle de 30 requêtes.

Le gouvernement valaisan a indiqué vendredi que l'avocat d'Helvetia Nostra, Pierre Chiffelle, avait déposé 30 requêtes d'effet suspensif contre des projets de construction en Valais au nom de voisins qui ne l'avaient pas mandaté.

L'avocat avait admis la semaine passée avoir volontairement associé les noms de voisins dans des procédures de recours contre des projets de construction dans seulement deux cas, qu'il avait qualifié de "maladresses".

"Dans 30 cas Pierre Chiffelle a saisi le Conseil d'Etat d'une requête d'effet suspensif pour le compte de l'association et pour le compte de tiers sans procuration de ces derniers", a indiqué vendredi le chef du département des finances, des institutions et de la santé Maurice Tornay, en réponse à une question urgente posée par le PLR en session du Grand Conseil valaisan.

L'avocat sera dénoncé à l'autorité de surveillance des avocats

"Pierre Chiffelle a par la suite déposé des recours au seul nom d'Helvetia Nostra. Dans tous les recours, il agissait avec procurations produites", a encore précisé le Conseil d'Etat.

Le PLR valaisan a immédiatement réagi en annonçant dans un communiqué qu'il dénoncera ce vendredi l'avocat à l'autorité vaudoise de surveillance des avocats. Pour le PLR ces "abus de procédures justifient le retrait pur et simple du droit de recours dont bénéficie Helvetia Nostra".

ats/ptur