Modifié le 19 décembre 2017

Cure d'austérité à l'Hôpital neuchâtelois pour limiter le déficit

L'entrée de l'Hôpital neuchâtelois.
L'entrée de l'Hôpital neuchâtelois à Neuchâtel. [Laurent Gillieron - KEYSTONE]
La situation financière de l'Hôpital neuchâtelois est préoccupante. Pour limiter le déficit au budget 2018, le conseil d'administration a dû prendre des mesures d'économies. Des fermetures de lits sont programmées.

Des suppressions de postes sont également prévues pour l'année prochaine. Les collaborateurs concernés par ces mesures seront replacés dans la mesure du possible, mais aucune garantie ne peut être fournie, a annoncé mardi la présidente du conseil d'administration Pauline de Vos Bolay.

Ce plan d'austérité doit permettre de réduire les charges de 3 millions de francs.

"Pas de diminution des prestations"

"Mais il n'y aura pas de diminution des prestations", a assuré Pauline de Vos Bolay. Les détails de cette restructuration seront communiqués début 2018. L'objectif est d'accélérer le processus d'adaptation de l'infrastructure à l'activité en supprimant les surcapacités.

Le budget 2018 de l'HNE présente au final un déficit de 5,5 millions de francs. Une première version du budget qui accusait un excédent de charge de 8,5 millions a été rejetée par le Conseil d'Etat qui a demandé l'élaboration d'un deuxième plan d'austérité.

ats/tmun

Publié le 19 décembre 2017 - Modifié le 19 décembre 2017

Fermeture des policliniques du Locle et du Val-de-Ruz

Le déficit de 8,5 millions intégrait un premier train d'économies pour 7 millions de francs par rapport au budget 2017. Ces mesures incluaient notamment la fermeture des policliniques du Locle et du Val-de-Ruz et l'externalisation des crèches de Neuchâtel et de La Chaux-de-Fonds.

"Pour le Conseil d'Etat, cet effort n'était pas suffisant", a expliqué Pauline de Vos Bolay.