Publié le 27 octobre 2017

Les Neuchâtelois se prononceront sur la CCT dans le domaine de la santé

L'entrée de l'Hôpital neuchâtelois, en ville de Neuchâtel.
L'entrée de l'Hôpital neuchâtelois, en ville de Neuchâtel. [Laurent Gillieron - keystone]
Les Neuchâtelois voteront sur la convention collective de travail (CCT) cantonale dans le domaine de la santé le 26 novembre prochain. Ils devront se prononcer sur l'introduction de CCT différenciées selon les professions.

Dans le canton de Neuchâtel, la CCT Santé 21 définit les conditions salariales des 5700 employés du domaine de la santé. Le 27 mars, le Grand Conseil a supprimé la notion de CCT 21 des textes de loi, en remplaçant cette convention collective par deux conventions distinctes, l'une pour le personnel soignant, l'autre pour les non-soignants.

La gauche et les syndicats ont attaqué cette décision par deux référendums - deux lois sont en effet concernées pour le maintien d’une même CCT - qui ont abouti et débouché sur la votation du 26 novembre.

>> Lire aussi: Deux référendums déposés à Neuchâtel pour sauver la CCT Santé 21

Economies vs conditions de travail

Dans leur campagne "2x NON à la destruction de la CCT 21", ils dénoncent un démantèlement des conditions de travail: la CCT 21 protège les petits salaires, et constitue un barrage contre la sous-enchère salariale dans un canton frontalier.

Elle permet également au personnel de travailler dans les hôpitaux, dans les soins à domicile ou dans les homes avec des conditions de travail homogènes pour chaque fonction. Et surtout, son coût n'a aucun lien avec la hausse des primes d'assurance-maladie, invoquent-ils, comme l'a démontré une étude commandée à l'IDHEAP.

La droite, majoritaire au Parlement au moment de la modification de la loi, met en avant des objectifs d'économie et de rationalisation: la CCT 21 est trop généreuse, sclérosée, avec un coût de 15 à 16 millions de francs par année impactant les primes d'assurance-maladie. Il faut donc la supprimer pour réaliser des économies, et créer davantage de flexibilité avec des CCT différenciées selon les professions.

Statu quo ou nouvelles négociations

En cas de double oui dans les urnes, les partenaires sociaux du secteur de la santé promettent d'entamer de nouvelles négociations. A l'inverse, en cas de double non signifiant un refus de modification des lois, la CCT Santé 21 continuera d’encadrer les activités du personnel du secteur dans le canton de Neuchâtel.

>> Ecouter le débat entre Yasmina Produit, secrétaire générale du syndicat SSP Neuchâtel, et Olivier Lebeau, chef du groupe PLR au Grand Conseil, médecin:

L'Hôpital neuchâtelois (ici, le site de Pourtalès) a connu un meilleur résultat en 2016 par rapport à 2015.
Forum - Publié le 27 octobre 2017
 

RTSinfo

Publié le 27 octobre 2017