Modifié le 27 octobre 2017

Le suspect du meurtre de La Chaux-de-Fonds était connu de la police

Un véhicule de la police neuchâteloise photographié en juin 2015.
Un véhicule de la police neuchâteloise photographié en juin 2015. [Sandro Campardo - Keystone]
L'homme suspecté d'avoir tué sa mère le 15 octobre à La Chaux-de-Fonds était connu de la justice pour ses colères violentes. Le procureur général reconnaît un problème de communication entre la police et le Ministère public.

Le suspect avait notamment été appréhendé un mois plus tôt par la police après avoir agressé son ex-compagne dans un bus. Il avait été vu par le Groupe menace et prévention de la violence, rattaché à la police, indique le procureur général Pierre Aubert dans une interview parue vendredi dans L'Express/L'Impartial.

Il y a ensuite eu "une mauvaise transmission d'informations entre la police et le Ministère public, ce qui ne nous a pas permis d'évaluer la situation à sa juste valeur", explique le procureur général.

Mesures prises

Des mesures seront prises pour améliorer la communication et un psychiatre sera consulté pour mieux cerner les risques de violence et de récidive.

Mai "on ne peut pas prédire l'avenir", rappelle le procureur. Pierre Aubert explique aussi que la loi est très prudente quant à la prévention des passages à l'acte. Elle n'offre pas beaucoup de possibilités d'anticiper un acte grave, "ce qui est aussi une certaine garantie contre des privations de liberté abusives."

>> Lire aussi: Un couple a été poignardé à La Chaux-de-Fonds, la femme est décédée 

ats/cab

Publié le 27 octobre 2017 - Modifié le 27 octobre 2017

Autre cas à Saint-Gall

La prévention est au centre des débats en Suisse ces derniers jours, après l'attaque de Flums (SG) de dimanche passé.

Le Letton de 17 ans qui a agressé plusieurs personnes à la hache avait été auparavant surveillé, car il avait exprimé des fantasmes de violence.

Mais il ne faisait l'objet d'aucune mesure de contrainte, car il n'avait jamais concrètement menacé d'autres personnes.