Modifié le 19 mai 2017

La ville de Neuchâtel quitte le groupe de travail sur les hôpitaux neuchâtelois

L'entrée de l'Hôpital neuchâtelois.
L'entrée de l'Hôpital neuchâtelois. [Laurent Gillieron - KEYSTONE]
La Ville de Neuchâtel quitte le groupe de travail sur les hôpitaux neuchâtelois. Elle critique son mode de fonctionnement et déplore le fait que le Conseil d'Etat n'en préside pas les travaux.

Pour rappel, le Conseil d'Etat avait cherché un consensus en vue du lancement de ce groupe de travail. Sa composition faisait débat: au début, les partisans de l'initiative s'y estimaient insuffisamment représentés.

Ce groupe est composé de 15 personnes, en majeure partie des politiciens, représentants d'autorités communales. Le corps médical de l'Hôpital neuchâtelois n'y est pas associé à part entière, a souligné vendredi dans son communiqué le conseil communal de Neuchâtel.

Compétence et fonctionnement "pas adaptés"

Les compétences et le mode de fonctionnement du groupe ne sont pas adaptés aux tâches qui lui ont été confiées, estime l'exécutif après avoir participé aux premières séances.

Selon lui, il faudrait élaborer des propositions concrètes pour la gouvernance, l'organisation, la répartition des missions hospitalières, et ceci dans un délai très court, au rythme d'une réunion hebdomadaire.

Ces tâches complexes nécessiteraient le travail intensif d'un groupe d'experts, assure le conseil communal.

ats/mre

Publié le 19 mai 2017 - Modifié le 19 mai 2017

"Le Conseil d'Etat se décharge de ses responsabilités sur les communes"

Le conseil communal regrette surtout que le Conseil d'Etat ne préside pas les travaux. Selon lui, il appartient au gouvernement cantonal d'assurer le pilotage de ce dossier capital pour l'avenir du canton.

"Le Conseil d'Etat se décharge de ses responsabilités sur les communes", commente l'exécutif de la Ville de Neuchâtel. Avec le risque que les communes soient contraintes, au cas où le nouveau projet hospitalier engendrerait des coûts supplémentaires, d'en assumer financièrement la différence.