Modifié le 18 août 2016

L'éligibilité des étrangers au niveau cantonal défendue à Neuchâtel

Eligibilité des détenteurs d'un permis C.
Les neuchâtelois voteront pour l’éligibilité des étrangers en septembre Le 12h30 / 1 min. / le 17 août 2016
Un comité citoyen, regroupant le PS, les Verts et les Vert'libéraux, a défendu mercredi le principe d'éligibilité des étrangers au sein des autorités cantonales, sur lequel les Neuchâtelois voteront le 25 septembre prochain.

En 2007, Neuchâtel avait accepté le droit d'éligibilité des étrangers au niveau communal, mais les citoyens avaient refusé, à 60%, d'accorder l'éligibilité cantonale. En début d'année, le Grand Conseil a soutenu cet élargissement des droits politiques, mais sans l'appui de la droite.

Pour le comité citoyen, permettre aux 23'000 adultes avec permis C du canton de devenir député au Grand Conseil, voire d'être candidat au Conseil d'Etat, constitue un prolongement logique de l'intégration politique des étrangers.

"Le concept de citoyenneté doit primer sur celui de nationalité", a laissé entendre mercredi Frédéric Mairy, membre de l'exécutif de Val-de-Travers, mais de nationalité belge.

Contexte défavorable

Ce pas supplémentaire survient dans un contexte défavorable, admettent les défenseurs du projet. Toutefois, disent-ils, ce vote représente une opportunité de montrer que Neuchâtel prend soin des étrangers.

Si le canton acceptait le principe le 25 septembre prochain, Neuchâtel ferait office de pionnier en Suisse. Reste à voir comment l'électorat de droite se prononcera sur le sujet.

>> Neuchâtel a une longue tradition d'intégration:

Les étrangers concernés doivent être détenteurs d'un permis C et établis depuis au moins 5 ans dans le canton.
Le Journal du matin - Publié le 18 août 2016

Roger Guignard/hend

Publié le 17 août 2016 - Modifié le 18 août 2016