Mise à jour le 24 janvier 2013

Patrick Herrmann est le candidat des Verts au Conseil d'Etat neuchâtelois

Patrick Hermann se porte candidat au Conseil d'Etat neuchâtelois.
Patrick Hermann se porte candidat au Conseil d'Etat neuchâtelois. [DR]
Avec une liste unique, la gauche veut mettre toutes les chances de son côté pour récupérer la majorité au gouvernement neuchâtelois. Pour ce faire, Patrick Herrmann a été désigné mercredi soir candidat pour le Conseil d'Etat.

Réunis en assemblée générale mercredi soir, les Verts neuchâtelois ont décidé de lancer Patrick Herrmann dans la course au Conseil d'Etat. Ils ont plébiscité à l'unanimité l'idée d'une liste de gauche pour y reconquérir la majorité.

Les Verts avaient approché les autres partis de gauche au printemps 2012 dans cette optique et l'assemblée générale a confirmé cette volonté de partir unis pour donner toutes ses chances à la gauche de récupérer la majorité au gouvernement, indique un communiqué publié jeudi.

"Personnalité de consensus"

Les quelque 90 membres présents - du jamais vu, note le parti - avaient à choisir entre deux candidats, Nicole Baur et Patrick Herrmann. Ils ont opté pour le second, décrit comme "une personnalité de consensus, qui sait travailler au-delà des divergences partisanes et faire preuve de diplomatie pour trouver des solutions". Patrick Herrmann, 56 ans, siège au Grand Conseil depuis huit ans.

ats/lgr

Sans Gisèle Ory

Les élections de 2009 avaient débouché sur un résultat paradoxal. Elles s'étaient soldées par la désignation d'un parlement à majorité de gauche et d'un gouvernement à majorité de droite, formé de trois PLR et deux PS.

Le PS, également favorable à la liste unique, a désigné samedi dernier ses trois candidats en vue de l'élection du 14 avril.

Le ministre sortant Laurent Kurth est candidat à sa succession, aux côtés de ses deux camarades de parti Jean-Nathanaël Karakash et Monika Maire-Hefti. Gisèle Ory ne se représente pas.

Le POP lance dans la course Nago Humbert, président de Médecins du monde.

élection disputée à droite

A droite, l'élection promet d'être disputée. Le PLR compte sur le conseiller national Alain Ribaux pour compenser l'éviction du parti du conseiller d'Etat sortant Claude Nicati.

Philippe Gnaegi et Thierry Grosjean sont candidats à leur succession. Le PLR est menacé sur sa droite par l'UDC Yvan Perrin.

De son côté, Claude Nicati n'a pas encore annoncé s'il se se retirerait de la course ou tentait l'aventure comme candidat indépendant.