Modifié le 17 juillet 2017

Les autonomistes jurassiens veulent se réformer après le vote de Moutier

Pierre-André Compte.
Les autonomistes jurassiens veulent se réformer après le vote de Moutier Le Journal du matin / 1 min. / le 17 juillet 2017
Le Mouvement autonomiste jurassien va se livrer à un exercice d'introspection après le vote de Moutier. Ses dirigeants veulent ouvrir le débat au sein d’un mouvement qui doit se fixer de nouveaux objectifs.

Si le rattachement au Jura voté par Moutier a montré dans la région un engouement revivifié pour la Question jurassienne, il est devenu temps pour les autonomistes d’analyser en détail les conséquences du scrutin.

La votation du 18 juin est considérée officiellement comme la fin de la Question jurassienne. Mais le Mouvement autonomiste jurassien (MAJ) rappelle que la décision de Moutier est juste la fin d’un cycle entamé en 1994 sous l’égide de la Confédération et des cantons concernés. Les statuts actuels du mouvement lui imposent pour l’instant de se battre pour la restauration de l’unité du Jura historique.

"Réaliser le destin de l'ensemble du territoire"

"Institutionnellement c'est clair, la Question jurassienne est terminée" note le secrétaire général du MAJ Pierre-André Comte. "Mais du point de vue de la poursuite de l'idéal de la cause, évidemment personne n'imagine que le Mouvement autonomiste jurassien pourrait considérer que cette question est résolue. Il doit considérer maintenant une situation qui reste figée du point de vue institutionnel et réfléchir aux nouvelles orientations qui nous permettront de réaliser finalement le destin jurassien de l'ensemble du territoire que l'Histoire nous a légué."

Le MAJ doit passer le témoin aux jeunes

Pierre-André Comte avait succédé en 1993 à Roland Béguelin à la tête du MAJ. Pour lui, il est vital que le mouvement réfléchisse à de nouvelles orientations alors que s’ouvre une nouvelle époque. Et Il fait confiance aux jeunes: "Le mouvement a l'obligation, le devoir, maintenant de penser à passer le témoin. La jeunesse me semble très impliquée et on y fera recours", assure-t-il.

Pierre-André Comte ne songe pas pour autant à passer la main. "La question ne se pose pas pour l'instant. Ce que je souhaite, c'est que dans les années à venir une nouvelle génération s'approprie cette question et continue de plaider pour cet idéal et fasse en sorte qu'il se réalise un jour."

Et pour le chef de file du mouvement, on peut même imaginer que l’action du MAJ évolue et soit tournée vers la défense du caractère francophone du Jura resté bernois.

Le Mouvement Autonomiste Jurassien compte aujourd’hui 3500 membres. Il devrait clarifier la voie qu’il suivra à l’avenir lors de la prochaine Fête du Peuple en septembre à Delémont, ou au plus tard en novembre.

Gaël Klein/oang

Publié le 17 juillet 2017 - Modifié le 17 juillet 2017