Modifié le 08 mars 2018

Le Salon de l'auto ouvre ses portes à Genève en présence de Guy Parmelin

"Les évolutions technologiques m'intéressent en priorité" au Salon de l'auto
"Les évolutions technologiques m'intéressent en priorité" au Salon de l'auto L'actu en vidéo / 1 min. / le 08 mars 2018
Le conseiller fédéral Guy Parmelin a inauguré le 88e Salon de l'automobile jeudi à Genève. Jusqu'au 18 mars, la manifestation accueille 180 exposants présentant 900 modèles. Près de 700'000 visiteurs sont attendus.

Arrivé en train, puis à pied depuis la gare de Genève-Aéroport, le chef du Département de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) a plaidé pour une mobilité adaptée aux besoins de chacun lors de la cérémonie d'inauguration.

"Nos choix de transport ne sauraient être manichéens. Ils doivent rester libres et se combiner en fonction de nos revenus, de nos besoins, de nos fantaisies aussi, de nos horaires ou de la qualité des dessertes que nous avons à disposition. Peut-être faudra-t-il un jour avoir le courage de repenser fondamentalement nos modèles de travail", a-t-il lancé.

>> Lire aussi:  Le parc automobile suisse toujours plus puissant, mais moins polluant

"Ce qui m'intéresse, ce sont les évolutions technologiques"

Le ministre a ensuite eu l'occasion de visiter pour la première fois le grand rendez-vous de l'automobile. "Jusqu'ici, je n'ai jamais eu le temps pour des raisons professionnelles", a-t-il relevé. Lors de son parcours, il a pu tester le plein d'une voiture à hydrogène, admirer un véhicule volant, "mais il faut un permis de pilote" ou se glisser dans de petites voitures électriques.

"Ce qui m'intéresse, ce sont les évolutions technologiques proposées par les constructeurs. Voitures hybrides, à hydrogène, à gaz électriques, c'est une partie du futur", a-t-il déclaré au micro de la RTS.

"La politique et le marché décident. Chaque constructeur a plusieurs projets touchant à diverses technologies pour attirer le client", a-t-il indiqué. Par ailleurs, cela interpelle le politique de savoir que d'ici 2025 une voiture sur six sera électrique. Le conseiller fédéral a également constaté beaucoup d'efforts faits en matière d'économie d'énergie.

"J'ai des grandes jambes, il me faut de la place"

Pour son propre usage, Guy Parmelin privilégie des voitures fonctionnelles. "J'ai des grandes jambes, il me faut de la place et qu'elle soit confortable pour les lombaires, qu'elle puisse rouler sur la neige et que le garage soit proche", a-t-il résumé.

En tant que conseiller fédéral, le Vaudois ne conduit plus beaucoup. Et il n'a pas voulu de la deuxième voiture de fonction proposée aux membres du gouvernement. "J'ai gardé mon ancienne qui va très bien", a-t-il glissé.

François Fillon discute avec Guy Parmelin au Salon de l'auto de Genève.
François Fillon discute avec Guy Parmelin au Salon de l'auto de Genève. [Martial Trezzini - Keystone]

Le conseiller fédéral a fait quelques rencontres au fil des stands, dont Andreas Meyer, directeur général des CFF, qui a évoqué l'offre de mobilité combinée proposée par l'ex-régie fédérale. Guy Parmelin a aussi échangé des salutations avec l'ancien Premier ministre français et candidat à la présidentielle François Fillon qui visitait également le Salon.

ats/tmun

Publié le 08 mars 2018 - Modifié le 08 mars 2018