Modifié le 22 décembre 2017

A Genève, un banquier qui voulait tuer sa femme condamné plus lourdement

Les peines devraient largement varier pour les auteurs de l'agression de St-Jean.
Image d'illustration du Palais de justice à Genève. [Denis Balibouse - Reuters]
La Chambre pénale d'appel et de révision de Genève a alourdi vendredi les peines de prison infligées aux quatre protagonistes d'une tentative d'assassinat à Chêne-Bougeries qui avait défrayé la chronique en 2012.

Le gérant de fortune de 60 ans qui voulait se débarrasser de sa femme avait mûri son plan pendant de longs mois. Il avait demandé au tueur à gages de faire en sorte que l'assassinat apparaisse comme la conséquence d'un cambriolage qui aurait mal tourné. Il voit sa peine de prison passer de 14 à 16 ans.

Le tueur à gages qui avait été engagé pour les basses besognes écope de 15 ans de prison, soit deux ans de plus qu'avant. Ce verdict fait suite à un arrêt du Tribunal fédéral. Ce dernier avait jugé que les sanctions prononcées précédemment n'étaient pas suffisamment sévères.

Appât du gain

Le complice du tueur a pour sa part été condamné à 12 ans de prison, contre 9 ans auparavant. Enfin, l'intermédiaire qui a mis tout le monde en contact voit sa peine de prison passer de 7 ans à 11 ans et demi.

Le tribunal a retenu la faute très lourde du mari banquier dans cette affaire. Son unique mobile était l'appât du gain.

ats/ta

Publié le 22 décembre 2017 - Modifié le 22 décembre 2017