Modifié le 16 août 2017

Quelque 6000 chômeurs concernés par la préférence indigène à Genève

Un conseiller de l'ORP de Genève en discussion avec une chômeuse.
Quelque 6000 chômeurs concernés par la préférence indigène à Genève Le Journal du matin / 2 min. / le 16 août 2017
Au 1er janvier 2018, un chômeur sur deux dans le canton de Genève sera concerné par le mécanisme de préférence indigène à l'emploi, soit environ 6000 personnes, a appris la RTS mercredi.

Ce calcul découle des 80 groupes professionnels qui affichent plus de 5% de chômage au niveau fédéral.

Selon les modalités d’application de la préférence indigène, ce taux de 5% déclenche l'obligation pour les employeurs d'annoncer les postes vacants aux Offices régionaux de placement (ORP) et de les réserver quelques jours pour les chômeurs, a expliqué mercredi Charles Barbey, directeur de l'Office cantonal de l'emploi, dans le Journal du matin. Il confirme que 50% des chômeurs, soit 6000 personnes, seraient concernés à Genève par ce mécanisme.

Unia regrette le manque de contraintes

Ces chiffres créent beaucoup d'attentes mais peuvent aussi créer beaucoup de déception pour les demandeurs d'emploi, si le système s'avère inefficace faute de moyens. Mais aussi faute de contraintes, comme le relève Jamal Al Amine, secrétaire syndical chez Unia à Genève:

"Même si cette clause de 5% entrait en vigueur, cela ne garantirait rien à quelqu'un qui est au chômage car il n'y a aucune mesure de contrainte au niveau des employeurs".

Ce mécanisme de préférence indigène est donc encore moins contraignant que les directives cantonales de priorité à l'embauche qui s'appliquent à Genève pour les postes à l'Etat et dans le para-public.

Le canton oblige en effet l'employeur à recevoir le candidat présenté par l'ORP et, à compétence égale, à l'engager.

Sylvie Belzer/lan

Publié le 16 août 2017 - Modifié le 16 août 2017