Mise à jour le 21 décembre 2012

Frankenstein sème à nouveau la pagaille en Ville de Genève

Boris Karloff dans "Frankenstein", 1931.
Boris Karloff dans "Frankenstein", 1931. [Screen Prod/Photononstop/AFP]
Près de 200 ans après la naissance de Frankenstein sur les bords du Léman, le Département de la culture de Genève veut ériger une statue en hommage à la célèbre créature. Mais son implantation, à Plainpalais, suscite la polémique.

Les responsables de la Culture à la Ville de Genève ont commandé une statue de Frankenstein à un collectif d'artistes et prévoient de l'ériger sur la Plaine de Plainpalais - en hommage au personnage du roman publié par Mary Shelley en 1818 (lire ci-contre). Mais l'emplacement prévu entraîne des oppositions au sein même des autorités.

Ce n'est pas forcément connu, mais c'est à Genève que l'histoire du célèbre monstre a été imaginée par l'écrivaine anglaise Mary Shelley au début du XIXe siècle. Et c'est à Genève aussi que se déroule en partie l'action du roman. Mais aujourd'hui, rien n'est là pour indiquer que Frankenstein a pris naissance et a sévi dans la cité.

Premier meurtre de Frankenstein à Plainpalais

Le patron de la Culture municipale, Sami Kanaan, et le Fonds municipal d'art contemporain veulent remédier à cet oubli et souligner - avec une œuvre d'art - ce lien qui unit la créature à Genève. Et s'ils ont choisi Plainpalais, c'est parce que c'est à cet endroit que Frankenstein a commis son premier meurtre, celui du petit William.

La statue a été commandée il y a plusieurs mois au groupe KLAT, un collectif genevois spécialisé dans les performances et l'art contemporain. Les esquisses sont encore tenues secrètes, mais il s'agira une oeuvre de plus de deux mètres de haut, constituée d'un assemblage de pièces de bronze. Elle devrait du reste être bientôt terminée.

La Plaine de Plainpalais a été entièrement réaménagée ces dernières années.
La Plaine de Plainpalais a été entièrement réaménagée ces dernières années. [Martial Trezzini - Keystone]
Où les choses se compliquent - comme souvent à Genève - c'est que l'emplacement choisi est contesté. La Plaine de Plainpalais vient de subir un lifting complet. Cette grande étendue n'abrite que quelques aménagements, qui forment un tout cohérent. Et les architectes qui ont réalisé les travaux fulminent: ils ne veulent pas de cette statue qui viendrait, selon eux, briser cette harmonie architecturale.

Un œuvre d'art effrayante?

Le magistrat chargé de l'Aménagement, Rémy Pagani, est aussi de cet avis. "On essaie d'enlever le plus possible de choses sur la Plaine de Plainpalais (…) pour laisser la place à la déambulation, à la poésie. On doit se poser la question de savoir si Frankenstein y a sa place, surtout cette sculpture-là", relève-t-il. Allusion à une autre crainte de la part de certains: que la statue ait un aspect trop effrayant, notamment pour les enfants qui ont une aire de jeux à disposition à Plainpalais.

En réponse à cette préoccupation, Sami Kanaan dit préférer "une statue réelle liée à une figure littéraire plutôt que tout ce qui fait peur dans les jeux vidéo débiles ou tout ce que l'on voit comme horreurs à la télé parfois."

Rémy Pagani se dit prêt à discuter d'un autre emplacement, qui ne serait pas directement sur la plaine mais ailleurs dans le quartier. Car, sur le fond, il est favorable à l'idée de rendre hommage au roman de Mary Shelley. Mais avant de voir l'oeuvre prendre place, on peut donc s'attendre encore à de longues et passionnées discussions entre les magistrats. Au final, c'est la Délégation du Conseil administratif à l'Aménagement qui devra trancher et choisir l'emplacement définitif.

Mathieu Cupelin/oang

Frankenstein est né à Cologny

Le personnage né de l'imagination de Mary Shelley a vu le jour en 1816. L'auteure anglaise séjourne alors avec d'autres concitoyens anglais dans une villa louée par le fameux Lord Byron à Cologny (GE).

Il se raconte que, par une nuit d’orage, le petit groupe se lance le défi d'écrire une histoire de fantômes… Mary Shelley imagine alors le personnage de Victor Frankenstein. Ce savant établi à Genève crée de ses mains une hideuse créature humaine, laquelle lui échappe et sème la mort, alors qu’elle ne cherche que l’amour des hommes et de son père… Le roman sera publié en 1818.

Hollywood tirera de ce récit fantastique une série de films d’horreur, dont le premier avec l’acteur Boris Karloff en 1931.