Modifié le 06 octobre 2012

200 personnes défilent à Genève contre les violences sexuelles

Les femmes ont défilé pour protester contre les violences sexuelles dont elles sont victimes.
Les femmes ont défilé pour protester contre les violences sexuelles dont elles sont victimes. [ - ]
Quelque 200 femmes ont participé samedi à Genève à la première "marche des salopes" organisée en Suisse. Le but: dénoncer les violences sexuelles dont sont victimes les femmes.

Une "marche des salopes" a rassemblé environ 200 personnes, samedi, dans les rues de Genève. Un tel événement n'avait encore jamais été organisé en Suisse. Né au Canada, ce mouvement a pour but de dénoncer les violences sexuelles dont sont victimes les femmes.

Le défilé comptait beaucoup de manifestantes, jeunes pour la plupart. Certaines étaient vêtues de façon provocante. Elles brandissaient des pancartes où on pouvait lire: "Je suis une salope mais pas la tienne", "ne me dites pas comment m'habiller" ou encore "2012 toujours violée du regard".

Les filles doivent avoir la liberté de s'habiller comme elles l'entendent et être libres avec leur corps, a relevé Olga Baranova du comité Slutwalk Suisse. Pour la militante socialiste, rien ne peut justifier un viol. Elle estime totalement inadmissible la suspicion qui pèse parfois sur les victimes de violences sexuelles.

ats/lan

Publié le 06 octobre 2012 - Modifié le 06 octobre 2012

Un mouvement né en 2011 à Toronto

La première slutwalk (marche des salopes) s'est tenue à Toronto (Canada) en avril 2011.

Le mouvement est né après qu'un officier de police a suggéré que pour être en sécurité, une femme devait éviter de s'habiller comme une "salope".

La marche genevoise a été suivie d'un show burlesque et d'un concert près de l'Usine.