Modifié le 13 septembre 2017

Une commission nommée sur la levée d'immunité de Marie Garnier

La conseillère d'Etat fribourgeoise Marie Garnier (Verts).
La conseillère d'Etat fribourgeoise Marie Garnier (Verts). [Anthony Anex - Keystone]
Une étape est franchie dans la procédure concernant la demande de levée d'immunité de la conseillère d'Etat fribourgeoise Marie Garnier pour des fuites dans les médias. Une commission spéciale a été nommée.

La composition de cette commission spéciale a été communiquée mercredi lors de la session du Grand Conseil. Elle compte 11 députés: 3 PDC, 3 PS, 2 PLR, 2 UDC et une Verte.

La commission est présidée par Nicolas Bürgisser (PLR). En sont membres Benjamin Gasser (PS), Andréa Wassmer (PS), Pierre Mauron (PS), Hubert Dafflon (PDC), Bertrand Morel (PDC), Susanne Aebischer (PDC), Nicolas Galley (UDC), Nicolas Kolly (UDC), René Kolly (PLR) et Sylvie Bonvin-Sansonnens (Verts).

Levée d'immunité demandée en août

En août, le procureur général fribourgeois Fabien Gasser a requis la levée d'immunité de la conseillère d'Etat Verte. Il veut l'interroger avant de déterminer s'il y a lieu ou non de la condamner pour violation du secret de fonction.

Le procureur tient à aller vite dans cette procédure, compte tenu du contexte sensible, avait-il précisé. Dans l'idéal, il souhaiterait que cette affaire soit liquidée à la fin de cette année, ou du moins qu'elle soit bien avancée d'ici là.

ats/tmun

Publié le 13 septembre 2017 - Modifié le 13 septembre 2017

Une affaire de fuites dans les médias

L'affaire fait suite à des articles et reportages diffusés à partir du mois de mars dans la presse et à la radio, au sujet de problèmes au sein de la préfecture de la Sarine. Dans ce contexte, quelqu'un a transmis aux médias des informations internes, voire confidentielles.

La ministre fribourgeoise Marie Garnier a ensuite transmis aux Freiburger Nachrichten un audit confidentiel non anonymisé. Elle voulait ainsi rétablir les faits au sujet d'une employée injustement attaquée.