Modifié le 07 septembre 2017

L'évadé de la prison centrale à Fribourg a noué ses draps de lit

Un véhicule de la police cantonale fribourgeoise.
Un véhicule de la police cantonale fribourgeoise (image d'illustration). [Lukas Lehmann - Keystone]
L'homme qui s'est évadé de la prison centrale à Fribourg dans la nuit de vendredi à samedi a utilisé une méthode digne d'un film: il a noué ses draps de lit. Jugé dangereux, il court toujours.

Dans la phase finale de son évasion, le détenu a utilisé les draps de son lit pour descendre le dernier mur d'enceinte, indique jeudi Didier Page, secrétaire général de la Direction de la sécurité et de la justice de l'Etat de Fribourg, revenant sur une information parue La Liberté.

Avant cela, l'homme a dû venir à bout d'une vitre blindée qui ne peut pas s'ouvrir et de barreaux pour sortir de sa cellule individuelle. Même si l'évadé apparaît seul sur les images de vidéosurveillance à l'extérieur de la prison, ce que confirme Didier Page, la police estime qu'il a probablement eu recours à une aide extérieure.

Analyse menée à l'interne

Il faut "un outil suffisamment performant" pour rompre un tel dispositif de sécurité et ce type de matériel "ne se trouve pas à l'intérieur de la prison", affirme Didier Page. Et d'ajouter qu'une analyse interne à l'établissement est actuellement menée pour déceler les éventuelles failles dans l'infrastructure ou les processus de sécurité interne, tels que les horaires de nuit.

Quant à l'évadé, un des auteurs présumés de l'assassinat de Frasses, il est toujours dans la nature. Les recherches sont menées en Suisse et à l'étranger, un mandat d'arrêt international ayant été émis à son encontre. Compte tenu de son dossier, on part du principe qu'il a quitté le territoire helvétique.

Sa photo et son signalement ont été diffusés aux niveaux national et international: 1,77 mètre, corpulence moyenne, yeux bruns, cheveux noirs courts et longue barbe noire. Lors de son évasion, il portait un pantalon de training et un pull noirs et des baskets. Il s'exprime en allemand, en albanais et en français avec un fort accent.

>> Lire aussi:  Un des auteurs présumés de l'assassinat de Frasses s'est évadé à Fribourg

ats/tmun

Publié le 07 septembre 2017 - Modifié le 07 septembre 2017

Condamné à la prison à vie en première instance

L'individu en fuite et un autre trentenaire originaire de Macédoine ont été condamnés à la prison à vie par le Tribunal pénal de la Broye en janvier 2016. Le second individu est toujours incarcéré.

Ils sont accusés d'avoir assassiné un Italien d'origine kosovare de 36 ans devant chez lui à Frasses le 11 mai 2013.

Il s'agissait d'une vengeance dans le cadre d'un conflit sanglant de longue date entre des familles suspectées de trafic de stupéfiants. Cette guerre des clans a fait de nombreuses victimes au Kosovo, dont des enfants. Tous deux ont toujours clamé leur innocence. Ils ont fait appel.