Modifié le 17 mai 2018

Filippo Leutenegger privé de son dicastère à la ville de Zurich

Philippo Leutenegger, lors de la conférence de presse de l'exécutif de la ville de Zurich, ce mercredi 16 mai 2018.
Philippo Leutenegger, lors de la conférence de presse de l'exécutif de la ville de Zurich, ce mercredi 16 mai 2018. [Keystone]
La majorité rose-verte de Zurich dépossède Filippo Leutenegger (PLR) du dicastère municipal des Travaux publics. La nouvelle répartition des départements permet à la gauche de prendre le contrôle du dossier de la mobilité douce.

Face aux médias convoqués mercredi par la Municipalité in corpore, le remuant libéral-radical n'a pas hésité à parler de "confiance mise à mal" au sein de l'exécutif.

Dans un système de consensus, il aurait été important de maintenir un magistrat bourgeois dans le département qu'il occupe, selon lui. Son éviction est purement "idéologique", a-t-il déploré tout en assurant respecter la décision.

Pistes cyclables

Blocages et tensions étaient survenus durant la législature écoulée entre Filippo Leutenegger et la majorité de centre-gauche au Parlement au sujet de la mise en oeuvre du futur réseau de pistes et rues cyclables. Par ailleurs, le dicastère de l'ancien homme de télévision a été secoué par une affaire de caisse noire à la voirie. Il n'était toutefois pas encore en poste lors des faits incriminés.

Filippo Leutenegger sera remplacé par Richard Wolff (gauche alternative) et il reprendra le dicastère des Ecoles et du Sport, moins prestigieux.

>> Ecouter l'analyse dans le journal de 12h30 de jeudi:

Filippo Leutenegger (PLR) et Corine Mauch (PS), respectivement conseiller municipal et maire de Zurich.
Patrick Huerlimann - Keystone
Le 12h30 - Publié le 17 mai 2018

ats/pym

Publié le 16 mai 2018 - Modifié le 17 mai 2018

La police en mains vertes

L'exécutif de la ville de Zurich est composée de trois socialistes, deux Verts, deux libéraux-radicaux, un Vert'libéral et un représentant de la gauche alternative.

Parmi les nouveaux élus, la criminologue verte Karin Rykart reprend le département de la Sécurité. Le Vert'libéral Andreas Hauri dirigera le département de la Santé et de l'Environnement. Michael Baumer (PLR) s'installera aux commandes des Services industriels.

Raphael Golta (PS), André Odermatt (PS) et Daniel Leupi (Verts) gardent chacun leur dicastère. Ils dirigent respectivement les Affaires sociales, les Constructions et les Finances.