Modifié le 13 mars 2018

Début du procès sous haute sécurité du meurtrier présumé de Rupperswil

Les représentants des médias attendent devant le bâtiment de la police cantonale argovienne, à Schafisheim où se tient le procès, ce mardi 13 mars 2018.
Le meurtrier présumé de Rupperswil devrait échapper à l'internement à vie Le 12h30 / 1 min. / le 13 mars 2018
L'homme accusé d'avoir assassiné quatre personnes à Rupperswil (AG) n'est pas réfractaire à un traitement. Une thérapie n'est pas sans espoir, selon un expert appelé mardi à la barre au début du procès.

Les conditions légales pour un internement à vie ne sont donc pas remplies. Pour qu'une telle peine puisse être prononcée, il faut que deux rapports d'experts concluent que le prévenu n'est durablement pas soignable.

Il existe toutefois un important risque de récidive, a déclaré le psychiatre Elmar Habermeyer, de la clinique psychiatrique de l'hôpital universitaire de Zurich. Mais les conditions pour une thérapie ambulatoire ou stationnaire sont remplies.

Du point de vue psychiatrique, l'expert ne voit aucune diminution de la responsabilité du prévenu. Lorsqu'il a commis les crimes qui lui sont reprochés, il était parfaitement conscient de ses actes. Il a mis en oeuvre et respecté le plan qu'il avait préparé. Il a agi de manière réfléchie, même lorsqu'un imprévu s'est produit, par exemple quand une voisine est venue sonner à la porte.

Trouble narcissique

En plus des tendances pédophiles, l'expert a constaté chez le prévenu un trouble narcissique de la personnalité. Il estime aussi qu'il a des tendances sexuelles sadiques et qu'il s'est enfermé dans un monde de fantasmes. Il se présentait comme quelqu'un qui a réussi alors qu'il a systématiquement échoué dans ses études.

>> Les observations de Noémie Guignard dans le 19h30:

Quadruple meurtre: les précisions de Noémie Guignard
19h30 - Publié le 13 mars 2018

Le prévenu est accusé d'avoir égorgé le 21 décembre 2015 une mère de famille, ses deux fils ainsi que la petite amie de l'aîné. Il a avoué les faits. Selon l'acte d'accusation, il préparait un coup similaire lorsqu'il a été arrêté.

>> Le rappel des faits dans le 19h30:

Argovie: l'auteur d'un quadruple meurtre face à ses juges
19h30 - Publié le 13 mars 2018

ats/pym

Publié le 13 mars 2018 - Modifié le 13 mars 2018

Etudes d'économie

Le prévenu aimerait pouvoir réintégrer la société. Il souhaite entreprendre des études d'économie en prison.

Il répond d'une voix claire aux questions du président du tribunal. Sa mère est sa seule et plus importante personne de référence, indique-t-il.

Interrogé sur sa sexualité, il répond après avoir un peu hésité: "Je suis pédophile". Les experts disent que sa pédophilie n'est pas guérissable, mais il espère que ce sera tout de même possible. Il précise que ça lui a fait du bien de parler avec un psychologue.

Schifisheim (AG), commune voisine de Rupperswil