Modifié le 07 mars 2018

Un mois contre les discriminations envers les jeunes LGBT à Zurich

"Like everyone" veut lutter contre les préjugés homophobes et transphobes (image de la Gay pride de Zurich).
Mois d'action contre les discriminations envers les jeunes LGBT à Zurich Le 12h30 / 2 min. / le 07 mars 2018
La ville de Zurich lance mercredi un mois d'action pour lutter contre les préjugés homophobes et transphobes au sein des maisons de quartier. Cette initiative est une première en Suisse.

Ce projet-pilote baptisé "Like everyone" ("Comme les autres") est le fruit d'un travail commun entre les associations LGBT et la ville de Zurich. L'idée est de proposer durant tout le mois mars une série d'évènements sur l'orientation sexuelle et le genre, à destination des jeunes de 12 à 19 ans mais aussi des professionnels de la jeunesse.

Tendance à l'homophobie courante chez les jeunes

Si la Ville de Zurich est déjà active de longue date dans ce domaine, il demeure nécessaire de sensibiliser les adolescents à ces discriminations et de prévenir les risques psycho-sociaux, dépression, tendances suicidaires, liés au rejet de la différence.

"L’étude Yass, menée en 2016 en Suisse, montre qu’environ un tiers des jeunes Suisses manifestent des tendances homophobes et que les jeunes dont le mode de vie n’est pas exclusivement hétérosexuel ont deux fois plus de risques d’être victimes de violence ou de discrimination", rappelle la cheffe du bureau de l'égalité de la ville de Zurich Anja Derungs

Le contexte des maisons de quartier est considéré comme un terrain clé à investir dans la prévention de l'homophobie et de la transphobie, notamment parce qu'on peut y travailler avec de nombreux jeunes aux profils très différents. C'est aussi un cadre qui se prête bien à la discussion avec ces jeunes.

Pour Anja Derungs, les jeunes peuvent apprendre beaucoup dans ce cadre-là. "Ils peuvent y trouver aussi des interlocuteurs adultes - les professionnels qui y travaillent - et c’est un autre type d’échange qu’avec les parents, par exemple ou que dans le contexte scolaire. C’est un rapport moins formel.

Un projet qui pourrait servir d'exemple

Ce terrain des maisons de quartier intéresse d'ailleurs de plus en plus les associations et les autorités publiques dans la lutte contre l'homophobie et la transphobie. A Genève, par exemple, il existe déjà des initiatives ponctuelles dans ce cadre et les organisations souhaitent les développer encore davantage.

Le projet de la ville de Zurich, du reste, a aussi vocation à inspirer d'autres villes dans le canton voire au-delà, et peut-être en Suisse romande.

Séverine Ambrus/oang

Publié le 07 mars 2018 - Modifié le 07 mars 2018