Modifié le 15 décembre 2017

Les éboulements de Bondo dus à un rare enchaînement d'événements

Vue de Bondo après l'éboulement.
Vue de Bondo après l'éboulement. [Gian Ehrenzeller - Keystone]
L'éboulement de Piz Cengalo et les coulées de boue qui ont ensuite provoqué d'importants dégâts à Bondo (GR) sont un enchaînement très rare d'événements naturels. Une catastrophe similaire pourrait se reproduire.

La masse de rochers qui s'est détachée de la montagne le 23 août est tombée sur le glacier en contrebas. Les roches ont pulvérisé la glace ou l'ont fait fondre en quelques secondes, ont indiqué vendredi des experts mandatés par le Département des travaux publics du canton des Grisons lors d'une conférence de presse à Bondo.

L'équivalent de 3000 maisons

Trois millions de mètres cubes de roches sont tombés sur le glacier. C'est un volume équivalant à celui de 3000 maisons familiales. La masse rocheuse s'est mélangée à l'eau du glacier, formant une coulée de boue qui est descendue jusqu'à Bondo.

Un tel enchaînement est très rarement observé sur la planète, a souligné Jürg Schweizer, directeur de l'Institut pour l'étude de la neige et des avalanches SLF, à Davos (GR). Et à Bondo, il faut s'attendre à de nouveaux éboulements. A long terme, jusqu'à trois millions de mètres cubes vont se détacher de la montagne.

Un risque lors des précipitations

Il existe aussi un risque de nouvelles coulées de boue. Dans le Val Bondasca, 1,5 million de mètres cubes de roches venant de l'éboulement peuvent encore provoquer des coulées en direction de Bondo. Il faut donc s'attendre à de tels événements ces prochaines années lors de fortes précipitations, a expliqué Christian Tognacca, expert dans ce genre de désastre naturel.

ats/jc

Publié le 15 décembre 2017 - Modifié le 15 décembre 2017

Nouvelles protections

En collaboration avec le canton des Grisons, la commune de Bregaglia (GR) va élaborer un nouveau concept de protection afin de faire face aux dangers à venir. "Nous voulons construire aussi rapidement que possible de nouvelles installations de protection", a déclaré Anna Giacometti, présidente de la commune.