La Broye, un modèle intercantonal

A cheval sur les cantons de Vaud et de Fribourg, la région de la Broye se dynamise et voit sa population augmenter de 3% à 4% par année. Focus pour mieux comprendre les réalités de ce territoire où les collaborations intercantonales font figure de modèle.

Scroll

La Broye, ce sont 31'676 habitants dans 19 communes fribourgeoises et 41'435 habitants dans 31 communes du district vaudois de la Broye-Vully (chiffres OFS décembre 2016). Une région à la géographie morcelée, qui a su réconcilier les anciens ennemis protestants et catholiques pour faire de l'intercantonalité un principe.

Le tronçon de l'autouroute A1 qui traverse la région "change sept fois de canton en dix kilomètres. Cela montre bien la nullité de nos bagarres historiques, et je suis bien heureux que la géographie ait repris ses droits sur l'histoire", s'amuse par exemple l'ancien conseiller d'Etat fribourgeois Pascal Corminboeuf, qui vient de Domdidier (FR).

Christelle Luisier Brodard, syndique de Payerne.

On est dans l'improvisation, on doit trouver des solutions créatives car on ne peut pas se baser sur un seul système, vaudois ou fribourgeois.

Christelle Luisier, syndique de Payerne

L'intercantonalité fait partie intégrante de la politique et de l'économie régionales: en atteste l'existence de la Communauté régionale de la Broye (Coreb) depuis 1988, une association qui oeuvre pour le développement économique de la région.

"On est dans l'improvisation, on doit trouver des solutions créatives car on ne peut pas se baser sur un seul système, vaudois ou fribourgeois. Cela crée des lourdeurs administratives, mais cela nous force à être dynamiques", estime pour sa part la syndique de Payerne Christelle Luisier.

>> La carte de la région. En vert, le canton de Vaud, en noir le canton de Fribourg:

L'intercantonalité exemplaire

Deux projets intercantonaux d'envergure ont été esquissés dans la Broye dans les années 1990.

Le premier gymnase intercantonal de Suisse a ainsi ouvert en 2005 à Payerne. "On s'est rendu compte qu'on avait des vocabulaires différents (...) il faut apprivoiser ces petites différences pour trouver des pratiques communes, par exemple des barèmes d'évaluation", souligne Thierry Maire, son directeur depuis les débuts.

A l'école de maturité, par exemple, alors que le canton de Fribourg prévoit un système en quatre ans et le canton de Vaud en trois ans, les élèves vaudois rejoignent leurs camarades fribourgeois en deuxième année.

La structure accueille actuellement quelque 530 élèves. Auparavant, les élèves se rendaient au gymnase à Lausanne, à Yverdon, ou au collège à Fribourg, en fonction de leur lieu de domicile.

>> Ecouter le reportage de Maurice Doucas:

Le gymnase de la Broye regroupe des élèves vaudois et fribourgeois.
Les séries des fêtes de l'Info - Publié le 25 décembre 2017

L'Hôpital intercantonal de la Broye (HIB) a lui été mis en exploitation en 1999. Il résulte de la fusion de l'Hôpital de district de la Broye à Estavayer-le-Lac et l'hôpital de zone de Payerne, tout en conservant ses deux sites.

"Il y a 25 ans, on pouvait prodiguer les soins d'urgence à tous les patients fribourgeois qui venaient à l'hôpital de Payerne, mais on devait les transférer sur Fribourg dès le lendemain", se souvient un médecin-chef du site vaudois du HIB.

Un projet de réseaux de soins à domicile intercantonal ou la construction d'EMS valdo-fribourgeois sont également à l'étude.

>> Lire aussi: Les Broyards peuvent désormais choisir leur EMS sur Vaud ou Fribourg

Des sociétés locales dynamiques

La Broye est un territoire très représentatif de la Suisse dans son sens du compromis et du dialogue. Et les sociétés locales y sont très actives et dynamiques, souvent au-delà des frontières cantonales.

Sociétés de tir, de jeunesse, clubs sportifs ou encore sociétés de développement ou associations de commerçants sont très présentes dans les villes et villages broyards.

"Créer un réseau social communautaire non virtuel, c'est vraiment très important (...) J'apprécie que dans ces villes, dans ces villages, il y ait quelque chose qui se tisse entre les gens. Sur du long ou du court terme, peu importe", estime par exemple Carole Saint-Loup, présidente de la Société de développement de Moudon. Avec plusieurs bénévoles, elle offrait la soupe lors de la crèche vivante du 13 décembre dernier.

Les bénévoles de la Société de développement de Moudon.
Les bénévoles de la Société de développement de Moudon. [Sarah Clément - RTS]

On citera encore les Brandons, ces carnavals populaires qui rassemblent des milliers de personnes, pour fêter la fin de l'hiver. La Broye en compte pas moins de trois, à Payerne, Moudon et Avenches, en plus du carnaval d'Estavayer-le-Lac.

A Payerne, l'événement est mis sur pied par le Comité des masqués, un groupe de dix hommes qui se retrouvent tous les lundis.

>> Ecouter le reportage de Sarah Clément:

Le comité des masqués qui organise les Brandons de Payerne.
La Matinale - Publié le 26 décembre 2017

Les promesses de l'A1

En 2001, était inauguré le tronçon Yverdon-Payerne de l’autoroute A1. Cette arrivée promettait de faire pleuvoir les entreprises... mais elle a plutôt fait pousser des villas, avec le risque de transformer la Broye en cité-dortoir.

La région se retrouve donc actuellement prise en étau entre les pôles urbains de Berne et Lausanne.

Avec une croissance démographique de 10% tous les trois ans, le ratio entre le nombre d'habitants et le nombre d'emplois créés est déséquilibré. Il manquerait ainsi 7000 places de travail dans la région.

Le conseiller d'Etat vaudois Philippe Leuba.

En matière de réseau autoroutier, la Broye est très bien irriguée, il y a des terrains. Les atouts sont là !

Philippe Leuba, conseiller d'Etat vaudois en charge de l'économie

Interrogés, les conseillers d'Etat vaudois et fribourgeois chargés de l'Economie, Philippe Leuba et Olivier Curty, nuancent. Pour eux, la région a de nombreux atouts. Elle est "très bien irriguée" par l'autoroute et dispose de nombreux terrains.

Philippe Leuba évoque également "un nombre d'emplois considérables", par la présence d'entreprises telles que Nespresso à Avenches, ou Boschung, à Payerne.

Le centre de production et de distribution de café Nespresso, installé à Avenches en 2009.
Le centre de production et de distribution de café Nespresso, installé à Avenches en 2009. [Laurent Gilliéron - Keystone]

Mais, davantage que les centres logistiques qu'elle accueille actuellement, la Broye a besoin d'usines et d'entreprises pour créer des emplois à valeur ajoutée, et faire décoller son économie. La région mise surtout sur le développement de l'Aérople de Payerne.

>> Ecouter le reportage de Fabrice Gaudiano:

La Broye espérait que l’arrivée de l’autoroute A1 boosterait son économie.
Les séries des fêtes de l'Info - Publié le 27 décembre 2017

 

>> Lire aussi: Un grand centre logistique sera implanté dans la Broye fribourgeoise

L'armée dope le commerce local

La Broye est une région que beaucoup de Suisses ont déjà visitée... par le biais de l'armée ! Payerne, par exemple, avec ses casernes et sa grande base aérienne, est souvent perçue comme une ville de garnison.

L'armée y emploie plus de 500 collaborateurs, ce qui n'est pas sans répercussion sur la vie commerçante locale. "Le véritable essor est venu dans les années 1930 quand la commune a donné du terrain à l'armée pour y bâtir l'aérodrome", explique Rémy Gilliand, journaliste à La Broye Hebdo depuis 17 ans.

Enfant de Payerne, il se souvent des cortèges d'hommes en gris-vert dans la Grand Rue et des "bistrots bondés de militaires". "Il y en a beaucoup moins aujourd'hui", estime-t-il.

Fabrice Bersier, qui tient un restaurant de la place, confirme la tendance. "L'armée est là toute l'année, mais les effectifs de l'école de recrue ont baissé."

"C'est bien joli votre bruit, mais il faudrait aussi des retombées"

Combien rapporte l'armée à Payerne? "En 2013, l'étude menée par un magazine économique tablait sur deux millions de dépenses", répond Rémy Gilliand.

"Avec le rapatriement des mouvements de l'aérodrome de Sion sur Payerne, les communes riveraines commencent un peu à s'exciter. Les civils disent, 'c'est bien joli votre bruit, mais il faudrait aussi des retombées'. Maintenant, il faudrait de l'emploi en plus. Des ingénieurs, etc., on n'en a pas beaucoup", ajoute-t-il.

>> Ecouter le reportage d'Agathe Birden:

Le congé du week-end s'étend, en règle générale, du samedi 08h00 au dimanche minuit.
Les séries des fêtes de l'Info - Publié le 28 décembre 2017

L'armée dans la Broye, c'était aussi pendant de nombreuses années les troupes sanitaires à la caserne de Moudon. Mais cette place d'armes sera abandonnée avec le nouveau plan sectoriel militaire de la Confédération.

>> Lire aussi: L'armée suisse prête à quitter une vingtaine d'installations romandes

Le brouillard, une légende?

Le brouillard qui recouvre les plaines broyardes est l'un des clichés romands les plus connus et les plus tenaces. Mais est-ce un mythe ou une réalité?

"Cela fait très longtemps qu'on joue avec cette image et qu'on prend ce cliché avec beaucoup d'autodérision (...) Cela donne l'impression d'être une région peut-être un peu triste, alors que nous on trouve ça plutôt poétique... mais je crois que ça nous rend aussi sympathiques", répond la syndique de Payerne Christelle Luisier.

"Dans la Broye il n'y a pas de brouillard, il n'y a que des débrouillards...C'est une légende, dont on a de la peine à se séparer", s'amuse de son côté le député PLR Philippe Cornamusaz, de Trey (VD).

Les brouillards de la Broye étaient une réalité, mais maintenant ça devient un mythe, car le niveau du brouillard est monté.

Gilbert Levrat, radiosondeur fribourgeois

"Les brouillards de la Broye étaient une réalité, mais maintenant ça devient un mythe, car le niveau du brouillard est monté", abonde le radiosondeur fribourgeois Gilbert Levrat, qui a lancé des ballons-sondes à l'aérodrome de Payerne durant 40 ans.

Il précise que l'une des causes est la correction des eaux de la Broye, selon une étude menée par l'Université de Fribourg. Mais il estime aussi que ce changement est lié à la densité des pollutions dues au chauffage des maisons. "A l'époque, on utilisait le charbon ou des systèmes à huiles qui produisaient beaucoup de microparticules", avance-t-il.

>> Ecouter le reportage de Michel Eymann:

Lorsque l'on parle de la Broye, on évoque souvent le brouillard qui y règne.
Les séries des fêtes de l'Info - Publié le 29 décembre 2017

Crédits

Reportages: rubriques vaudoise et fribourgeoise de la RTS radio

Agathe Birden, Sarah Clément, Maurice Doucas, Michel Eymann, Fabrice Gaudiano

Réalisation web: Jessica Vial