Modifié le 13 juillet 2018

Donald Trump tacle Theresa May et douche l'espoir d'accord commercial

La première ministre britannique Theresa May a accueilli jeudi le président américain Donald Trump pour un dîner de gala à Blenheim, près d'Oxford.
Donald Trump tacle Theresa May et douche ses espoirs d'un accord commercial La Matinale / 1 min. / le 13 juillet 2018
Donald Trump a douché les espoirs de la Première ministre britannique: pas d'accord de libre-échange avec Washington si elle maintient une relation économique étroite avec l'UE après le Brexit.

"S'ils font un tel accord, nous traiterions avec l'Union européenne au lieu de traiter avec le Royaume-Uni, cela tuera probablement l'accord" que Londres souhaite conclure avec Washington, avait prévenu le président américain dans une interview au Sun publiée tard jeudi.

Aucun commentaire n'a été effectué par le 10, Downing Street. Theresa May comptait profiter de la visite officielle de Donald Trump au Royaume-Uni pour faire avancer les discussions sur la conclusion d'un accord de libre-échange avec Washington, une fois que son pays aura quitté l'UE fin mars 2019.

Coup de canif à la "relation spéciale" avec Londres

Mais nouvelle sortie de Donald Trump constitue une claque d'autant plus cinglante pour la dirigeante britannique que, jeudi soir, elle a vanté la force du lien transatlantique, y voyant une opportunité "sans précédent".

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ne sont pas seulement "les plus proches alliés, mais aussi les amis les plus chers", a-t-elle déclaré en accueillant le président américain et son épouse Melania pour un dîner au Palais de Blenheim, résidence de campagne près d'Oxford, où étaient également invités de nombreux représentants du monde économique.

Nouvelle critique

Dans cet entretien accordé avant son arrivée jeudi au Royaume-Uni, Donald Trump a regretté que Theresa May n'ait pas écouté son conseil de se montrer plus dure dans les négociations avec Bruxelles.

>> Lire aussi: Donald Trump est arrivé à Londres, où de nombreux manifestants l'attendent

Le président américain a encore enfoncé le clou en estimant dans The Sun que l'ex-ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson ferait "un grand Premier ministre".

afp/br

Publié le 13 juillet 2018 - Modifié le 13 juillet 2018

Plan de Theresa May très critiqué à l'interne

Le gouvernement britannique a présenté jeudi les détails de son plan sur la future relation entre le Royaume-Uni et l'UE après le Brexit, qui prévoit de mettre en place une nouvelle "zone de libre-échange pour les biens", destinée à maintenir un commerce "sans friction" avec les 27 membres de l'UE.

Le projet doit permettre, via l'instauration d'un "arrangement douanier simplifié", d'"éviter une frontière dure entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande". Ces propositions ont attiré les critiques des eurosceptiques.

Ce plan a provoqué les démissions lundi des ministres des Affaires étrangères et du Brexit, Boris Johnson et David Davis.