Modifié le 12 juillet 2018

Israël a tiré des missiles sur des positions de l'armée syrienne

Des soldats israéliens en poste à la frontière avec la Syrie.
Des soldats israéliens en poste à la frontière avec la Syrie. [Ronen Zvulun - REUTERS]
L'armée israélienne a attaqué dans la nuit de mercredi à jeudi des positions de l'armée syrienne dans la province de Qouneitra, près du Golan à la frontière entre Israël et la Syrie.

Tsahal a annoncé avoir frappé "trois cibles syriennes" en réponse à l'incursion d'un drone syrien dans l'espace aérien israélien mercredi, qui avait été abattu.

Il s'agissait "d'un drone syrien non armé qui semblait mener une mission de collecte d'information", a précisé un porte-parole militaire.

Des missiles ont été tirés par l'aviation israélienne en direction de plusieurs positions de l'armée, a annoncé la presse officielle syrienne. Au moins une partie de ces missiles ont été interceptés par la défense antiaérienne syrienne, a-t-elle assuré.

Pas de victimes

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a estimé que les tirs n'avaient pas fait de victimes.

Tsahal est en état d'alerte avancée en raison de la progression des troupes du régime de Bachar al Assad face aux insurgés dans le sud-ouest de la Syrie.

reuters/afp/mre

Publié le 12 juillet 2018 - Modifié le 12 juillet 2018

Plusieurs frappes depuis le début de la guerre

Israël a frappé à plusieurs reprises le territoire syrien, notamment contre des convois d'armes destinées, selon lui, au Hezbollah libanais, allié du régime syrien et ennemi de l'Etat hébreu.

Israël et la Syrie sont en état de guerre. Israël s'est emparé en 1967 de la majeure partie du plateau syrien du Golan, qu'elle a annexée en 1981. Cette annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.

Netanyahu demande à Poutine le départ des Iraniens de Syrie

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dit mercredi au président russe Vladimir Poutine que le président syrien Bachar al Assad n'avait rien à craindre d'Israël tout en demandant à Moscou de faire en sorte que les forces iraniennes quittent la Syrie, a affirmé un responsable israélien.

"Nous ne prendrons aucune initiative contre le régime d'Assad et vous, vous sortez les Iraniens", a indiqué le responsable israélien, citant des propos tenus par Benjamin Netanyahu à l'adresse de Vladimir Poutine lors d'une rencontre entre les deux hommes à Moscou.

Un porte-parole de Benjamin Netanyahu a démenti que ce dernier a tenu ces propos auprès de Vladimir Poutine. "Nous ne nous impliquons pas dans la guerre civile syrienne. Nous agirons contre quiconque agit contre nous", a déclaré David Keys lorsqu'il a été interrogé sur la politique d'Israël en Syrie.