Modifié le 11 juillet 2018

Londres veut amender Facebook pour le scandale de Cambridge Analytica

La société britannique Cambridge Analytica aurait collecté et exploité à leur insu les données personnelles de 87 millions d'utilisateurs de Facebook à des fins politiques.
La société britannique Cambridge Analytica aurait collecté et exploité à leur insu les données personnelles de 87 millions d'utilisateurs de Facebook à des fins politiques. [Henry Nicholls - REUTERS]
Le régulateur britannique de l'information a annoncé mercredi son intention de réclamer 500'000 livres, soit 657'835 francs, à Facebook pour violation de la loi sur la protection des données au profit de Cambridge Analytica.

Le réseau social américain est sous le coup d'enquêtes concernant le détournement des données personnelles de 87 millions de ses utilisateurs par le spécialiste de marketing politique Cambridge Analytica.

Cette société britannique est accusée d'avoir collecté et exploité des informations privées sans le consentement des personnes concernées. L'ICO (Information Commissioner's Office) avait ouvert une enquête sur d'éventuelles interférences avec le référendum sur le Brexit en juin 2016.

>> Lire aussi: Cambridge Analytica a aidé un mouvement favorable au Brexit

Loi violée

L'ICO, qui prévoit l'amende maximale, indique que son enquête "a conclu que Facebook avait enfreint la loi" en n'ayant pas su protéger la vie privée de ses membres. Elle a également constaté que "l'entreprise a manqué de transparence quant à la façon dont ces données confidentielles ont été récoltées par des tiers sur sa plate-forme".

Facebook, qui peut s'exprimer avant qu'une décision finale ne soit prise, a dit examiner le rapport.

agences/nn

Publié le 11 juillet 2018 - Modifié le 11 juillet 2018