Modifié le 14 juin 2018

"Cela fait des années que des erreurs d'arbitrage font gagner le Mondial"

L'invité-e de Romain Clivaz (vidéo) -  Nestor Subiat, ancien footballeur (avant-centre de l’équipe de Suisse)
L'invité de Romain Clivaz (vidéo) - Nestor Subiat, ancien joueur de l'équipe de Suisse de football La Matinale / 9 min. / le 14 juin 2018
La Coupe du monde de football débute jeudi en Russie et pour la première fois, l'arbitrage vidéo sera en vigueur. Une bonne nouvelle, selon l'ancien international suisse Nestor Subiat, pour qui le football "doit être transparent".

"Je suis un fervent défenseur de la vidéo, parce que j'ai envie que le football soit juste. Et cela fait quelques années qu'il y a des erreurs d'arbitrage qui font gagner une Coupe du monde ou une Ligue des champions. On l'a vu encore la dernière fois...", souligne Nestor Subiat, qui a participé à la Coupe du monde 1994 sous les couleurs helvétiques, invité jeudi de La Matinale de la RTS.

"Le football doit évoluer, et l'évolution c'est la vidéo. Il faut l'utiliser pour les corners, les pénalties, les hors-jeux...", ajoute-t-il.

Nestor Subiat ne craint pas une perte de rythme de jeu et assure qu'il aurait "adoré avoir quelques minutes pour récupérer pendant les matches, tellement ils sont intenses à haut niveau".

L'injustice ne fait-elle pas un peu partie du football? "Non, il faut que cela soit transparent. Cela évitera aussi des problèmes dans les tribunes, par exemple les insultes envers l'arbitre... il y a eu des choses incroyables qui sont arrivées par le passé", répond l'ancien attaquant.

"On manque d'ambition en Suisse!"

Nestor Subiat est également revenu sur son expérience de 1994 aux Etats-Unis, où les joueurs suisses étaient "rentrés en héros", après s'être hissés en huitièmes de finale.

La sélection suisse de 2018 peut-elle aller loin dans cette Coupe du monde en Russie? "Il faut être positif. On a une super équipe. La Suisse a de l'expérience, des jeunes talentueux... on a un petit peu de mal devant à marquer des buts, mais on est solide, on l'a montré lors du match amical contre l'Espagne."

"Il faut être ambitieux. On manque d'ambition en Suisse, et ça, ça m'embête! Croyez-moi, ils savent où ils sont et ils seront présents contre le Brésil", insiste Nestor Subiat. Pourtant, c'est son pays natal, l'Argentine, qu'il imagine soulever le trophée le 15 juillet.

Propos recueillis par Romain Clivaz

Adaptation web: Jessica Vial

Publié le 14 juin 2018 - Modifié le 14 juin 2018