Modifié le 13 juin 2018

L'Italie refuse de recevoir les "leçons" de la France concernant l'immigration

Une partie des migrants de l'Aquarius a été transférée sur un navire italien.
Une partie des migrants de l'Aquarius a été transférée sur un navire italien. [Kenny Karpov/SOS Mediterranee via AP - Keystone]
L'Italie n'accepte pas de recevoir des "leçons hypocrites" de la part de la France, a déclaré mardi le président du Conseil Giuseppe Conte en réponse aux critiques d'Emmanuel Macron sur le refus de Rome d'accueillir un navire transportant 629 migrants.

"Les déclarations venant de France concernant l'affaire de l'Aquarius sont surprenantes et montrent un sérieux manque d'informations sur ce qu'il se passe vraiment. L'Italie ne peut accepter de recevoir des leçons hypocrites de pays qui ont toujours préféré tourner le dos quand il s'agit d'immigration", peut-on lire dans un communiqué de la présidence du Conseil.

La France a souvent fait preuve de rigidité et de cynisme sur l'accueil des migrants, ajoute le texte.

Attitude "cynique"

Ces déclarations interviennent alors qu'Emmanuel Macron a dénoncé mardi l'attitude "cynique" et "irresponsable" du nouveau gouvernement italien, qui a refusé d'accueillir l'Aquarius. Ce navire transporte 629 migrants secourus en Méditerranée par une ONG, dont sept femmes enceintes, 11 enfants et 123 mineurs isolés.

Le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian a quant à lui demandé à Rome de revenir sur sa décision.

Le président français a par ailleurs invoqué le droit international pour justifier la décision de la France de ne pas laisser l'Aquarius accoster sur les côtes françaises.

"C'est un sujet de droit international, il n'est pas question de créer un précédent qui permettrait demain à des pays européens de se défausser de leurs propres responsabilités sur leurs partenaires", a ainsi expliqué le porte-parole du gouvernement, après une proposition des nationalistes corses d'accueillir l'Aquarius dans un des ports de l'île.

>> Le débat dans Forum sur les contradictions de l'Europe sur le dossier migratoire:

L'Aquarius au large du port italien de Pozzallo, 01.06.2018.
Salvatore Cavalli - AP/Keystone
Forum - Publié le 12 juin 2018

En route pour l'Espagne

L'Italie et Malte ont refusé au cours du week-end d'accueillir le navire humanitaire Aquarius. Le bateau affrété par SOS Méditerranée et Médecins sans frontières fait désormais route vers l'Espagne, qui a proposé de l'accueillir.

>> Lire aussi: Les migrants secourus en mer rejoindront l'Espagne sur des bateaux italiens

L'Espagne fait son "devoir" en remplissant ses "engagements internationaux en matière de crise humanitaire", a affirmé le nouveau gouvernement socialiste espagnol.

Ballottés en Méditerranée depuis dimanche, les 629 migrants devraient naviguer encore au moins quatre jours avant d'arriver à Valence.

>> Le point dans le 12h45:

Le navire Aquarius de l'ONG SOS Méditerranée fait route vers l'Espagne
12h45 - Publié le 13 juin 2018

agences/lan

Publié le 12 juin 2018 - Modifié le 13 juin 2018

"La générosité de l'Espagne pourrait créer un précédent"

Le refus de l'Italie d'accueillir des migrants et un bateau qui erre en Méditerranée sans pouvoir accoster, est-ce un précédant, en Europe? Pour Charles Heller, chercheur sur les politiques migratoires aux universités de Genève, Palerme et Londres, "le risque, c'est qu'à travers la générosité de l'Espagne, on crée un précédent qui permette à l'Italie de se défausser".

Il rappelle que "l'Italie avait déjà menacé de fermer ses ports en juillet 2017", mais estime que le refus de la France d'accueillir les migrants présents sur l'Aquarius est "une nouvelle étape dans ces tensions".

Des crispations qui ne sont "pas du tout surprenantes après l'arrivée du ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini".

Son interview dans La Matinale: