Kim Jong-un et Donald Trump.

Le suivi de la rencontre

Publié le 12 juin 2018 - Modifié le 12 juin 2018

Trump et Kim s'engagent à une "dénucléarisation complète" de la Corée lors d'un sommet historique

Le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un se sont rencontrés mardi à Singapour lors d'un sommet historique. La rencontre a été marquée par plusieurs poignées de main appuyées entre les deux dirigeants.

Le sommet de Singapour s'est achevé sur la signature d'une déclaration commune. Le texte consiste en une suite d'engagements destinés à entamer une "nouvelle ère" dans les relations entre les Etats-Unis et la Corée du Nord.

Kim Jong-un s’est engagé à une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne", sans pour autant fixer de délai ou d’étapes précises à ce processus. En échange, Donald Trump a promis "des garanties de sécurité à la République populaire et démocratique de Corée".

Les dirigeants de plusieurs Etats, tels que la Corée du Sud, la Russie, la Chine ou le Japon, ont "salué" cet accord, y voyant tantôt un "premier pas", tantôt une "étape nécessaire".

Suivi assuré par Mouna Hussain et Jessica Vial

Événements clés
Afficher
Masquer

  • 14h42

    Fin du suivi en direct

    Le suivi en direct de la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-Un est terminé. Merci de nous avoir suivis!

  • 14h37

    La France appelle Pyongyang à respecter ses obligations

    La France a salué mardi "une première étape" après la conclusion dans la nuit d'une déclaration commune entre la Corée du Nord et les Etats-Unis et a appelé Pyongyang à respecter ses obligations internationales concernant ses programmes nucléaires et balistiques.

    Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a évoqué un "événement significatif" qui doit déboucher sur "des progrès dans la sécurité et la stabilité de la péninsule coréenne, et doit permettre de travailler à l'instauration d'une paix durable".

  • 14h22

    Le Royaume-Uni parle "d'étape importante en direction de la stabilisation"

    Le Royaume-Uni a aussi salué l'engagement de la Corée du Nord en faveur de la dénucléarisation.

     "Le sommet entre le président Trump et Kim Jong-un a été constructif, c'est une étape importante en direction de la stabilisation d'une région vitale pour la croissance économique mondiale", a dit le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, dans un communiqué lu par la Première ministre Theresa May.

    "Il reste beaucoup de travail à accomplir et nous espérons que Kim poursuivra les négociations en vue d'une dénucléarisation vérifiable et irréversible", poursuit le message.

  • 13h47

    Retour sur un sommet historique

    Selon plusieurs analystes, Donald Trump a donné une forme de légitimité à Kim Jong-un sur la scène internationale par la biais de ce sommet.

    "La mise en scène de ce sommet (...) ressemble en tous points à celle d'une rencontre entre deux Etats souverains avec des relations diplomatiques normales", commente l'analyste spécialiste des questions de sécurité Ankit Panda. Pour lui, "l'effet de légitimation pour le régime de Corée du Nord est indéniable".

    Le président américain a en effet traité en égal un homme accusé il y a quelques mois de jouer avec les nerfs de la planète avec ses essais nucléaires et ses tirs de missiles, et dont le régime est tenu pour responsable d'abus généralisés des droits de l'Homme.

    Pour certains observateurs cependant, l'intronisation de Kim Jong-un sur la scène internationale revêt des aspects positifs et est préférable à un régime isolé qui menace la paix mondiale.

    >> Le résumé de la rencontre dans le 19h30:

    Sommet de Singapour: après les insultes, une poignée de main, 12 secondes pour l'Histoire
    19h30 - Publié le 12 juin 2018

  • 13h20

    L'AIEA prête à mener des vérifications en Corée du Nord

    L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a elle-aussi salué le document commun signé par Donald Trump et Kim Jong-un à Singapour. Elle s'est dite prête à mener des opérations de vérification sur la dénucléarisation de la Corée du Nord.

    "L'AIEA se tient prête à entreprendre toutes les opérations de vérification en RPDC (Corée du Nord) qui pourrait lui être demandé de conduire par les pays concernés, soumises à autorisation du conseil des gouverneurs de l'AIEA", a déclaré son directeur général Yukiya Amano.

  • 13h18

    "Une étape capitale et nécessaire", pour l'Union européenne

    L'Union européenne a salué mardi le sommet entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord coréen Kim Jong-un comme une "étape capitale et nécessaire" vers une dénucléarisation de la péninsule coréenne.

    "L'objectif ultime, partagé par l'ensemble de la communauté internationale et exprimé par le Conseil de sécurité des Nations unies, demeure la dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible de la péninsule coréenne. La déclaration commune signée aujourd'hui par les dirigeants des États-Unis et de la République populaire démocratique de Corée indique clairement que cet objectif peut être atteint", s'est félicitée la représentante de la diplomatie européenne Federica Mogherini.

  • 13h06

    "Un événement positif", selon le chef de la diplomatie russe

    Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a qualifié le sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un d'événement "positif".

    "Nous avons regardé la télévision, suivi les commentaires qu'ont fait les deux parties. Nous n'avons pas vu les documents, je crois qu'ils ne sont pas encore publiés. Mais le seul fait que cette rencontre a eu lieu est, bien sûr, positif", a-t-il déclaré.

  • 13h00

    Donald Trump a quitté Singapour

    Le président américain Donald Trump a quitté Singapour mardi en fin d'après-midi.

    L'avion présidentiel Air Force One a quitté Singapour peu avant 18h30 (12h30, heure suisse).

    Donald Trump quitte Singapour après sa rencontre avec Kim Jong-un.
    L'actu en vidéo - Publié le 12 juin 2018

  • 12h49

    Gains immédiats mais incertains pour la Corée du Nord

    Pour François Godement, historien, politologue, directeur du programme Asie et Chine au Conseil européen des relations Internationales (ECFR), il y a visiblement eu une négociation parallèle à ce que l'on a vu à Singapour.

    "On ne sait pas tout", souligne-t-il dans le 12h30, "mais dans ce qu'on sait, il y a un coup de com extraordinaire, surtout à l'avantage de Kim Jong-un. Il y a aussi des gains nord-coréens immédiats dans le communiqué. Mais ce ne sont pas des gains définitifs. Et comme Trump, souvent, change d'avis, comme il a montré qu'il n'a pas une seule parole, rien n'est sûr."

    >> L'interview de François Godement dans le 12h30:

    François Godement.
    Twitter
    Le 12h30 - Publié le 12 juin 2018

  • 12h45

    "Soutien" de la Chine

    "Le fait que les plus hauts dirigeants des deux pays soient assis côte à côte pour des pourparlers d'égal à égal a un sens important et constitue le début d'une nouvelle histoire", a déclaré le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi.

    "La Chine s'en félicite et apporte son soutien", a ajouté le ministre. "Il s'agit d'un objectif que nous avons espéré et pour lequel nous avons travaillé".

    Pour la principale alliée de la Corée du Nord, il faut une "dénucléarisation totale", ainsi que le réclament les Etats-Unis mais "en même temps, il faut qu'il y ait un processus de paix pour la péninsule (coréenne) afin de résoudre les préoccupations raisonnables de la Corée du Nord en matière de sécurité", a souligné le ministre, rappelant le "rôle important et tout à fait unique" de la Chine.

  • 12h37

    Moon Jae-in salue le "courage et la résolution" de Trump et Kim

    "L'accord de Santosa du 12 juin restera dans l'Histoire mondiale comme un événement ayant mis fin à la Guerre froide", s'est enthousiasmé le président sud-coréen Moon Jae-in, faisant référence l'île de Sentosa à Singapour, où les dirigeants américain et nord-coréen se sont rencontrés.

    Il a rendu hommage à Kim Jong Un et à Donald Trump pour leur "courage et leur résolution".

  • 12h25

    Accord sur la "dénucléarisation complète" de la péninsule coréenne

    Après sa rencontre avec Kim Jong-un, Donald Trump indique que les deux leaders ont signé accord pour la "dénucléarisation complète" de la péninsule coréenne le plus rapidement possible.

    Accord sur la "dénucléarisation complète" de la péninsule coréenne.
    L'actu en vidéo - Publié le 12 juin 2018

  • 12h20

    Vers un Nobel de la paix?

    Avant même la rencontre à Singapour, plusieurs voix, telles que le président sud-coréen Moon Jae-in, l'ex-président américain Jimmy Carter ou encore le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson, affirmaient que Donald Trump pourrait mériter le Nobel.

    Les experts estiment "envisageable, mais prématuré" que les deux dirigeants reçoivent le prix, précisant que "le Nobel n'est pas un prix pour les saints".

    Les spécialistes du Nobel restent toutefois prudents en raison du timing et de la personnalité des deux dirigeants, le premier ayant chamboulé la diplomatie internationale en retirant les États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, le second s'étant rendu coupable de nombreuses violations des droits de l'Homme.

    "C'est trop tôt! Mais si ça devait déboucher sur un désarmement réel sur la péninsule coréenne, il serait très difficile de ne pas donner le prix. Ce serait une situation bizarre, mais il s'est déjà produit que des personnes au passé assez violent reçoivent le prix Nobel de la paix", estime Asle Sveen, historien du Prix Nobel de la Paix.

  • 11h50

    Le Premier ministre japonais salue "un premier pas"

    Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a salué mardi l'accord sur une dénucléarisation de la péninsule coréenne signé lors du sommet de Singapour.

    "A travers ce sommet USA-Corée du Nord, l'intention du président Kim Jong Un de voir une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne a été confirmée par écrit. Je soutiens ce premier pas vers une résolution d'ensemble des questions concernant la Corée du Nord", a-t-il déclaré devant la presse.

  • 11h30

    Le texte complet de l'accord

    "Le président Trump et le président Kim Jong-un ont eu un échange d'opinions complet, approfondi et sincère sur les questions relatives à l'établissement de nouvelles relations entre les Etats-Unis et la RPDC (République populaire démocratique de Corée) et l'édification d'un régime de paix solide et durable sur la péninsule coréenne. Le président Trump s'est engagé à fournir des garanties de sécurité à la RPDC et le président Kim Jong-un a réaffirmé son engagement ferme et inébranlable envers la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne.

    Convaincus que l'établissement de nouvelles relations Etats-Unis/RPDC contribuera à la paix et à la prospérité de la péninsule coréenne et du monde, et reconnaissant que l'établissement d'une confiance mutuelle peut promouvoir la dénucléarisation de la péninsule coréenne, le président Trump et le président Kim Jong-un déclarent:

    1. Les Etats-Unis et la RPDC s'engagent à établir de nouvelles relations entre les Etats-Unis et la RPDC conformément au souhait de paix et de prospérité des peuples des deux pays.

    2. Les Etats-Unis et la RPDC uniront leurs efforts pour construire un régime de paix durable et stable sur la péninsule coréenne.

    3. Réaffirmant la déclaration de Panmunjom du 27 avril 2018 (publiée lors d'un sommet intercoréen NDLR), la RPDC s'engage à travailler vers la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne.

    4. Les Etats-Unis et la RPRC s'engagent à retrouver les dépouilles des prisonniers de guerre et portés disparus au combat, y compris le rapatriement immédiat de ceux qui sont déjà identifiés.

    Reconnaissant que le sommet Etats-Unis/RPDC, le premier de l'histoire, est un événement de grande importance, qui fait date en ce qu'il tourne la page de décennies de tensions et d'hostilités entre les deux pays et augure d'un avenir nouveau, le président Trump et le président Kim Jong Un s'engagent à mettre en oeuvre les provisions de cette déclaration conjointe de manière exhaustive.

    Les Etats-Unis et la RPDC s'engagent à tenir dès que possible des négociations de suivi, menées par le secrétaire d'Etat Mike Pompeo et un homologue de haut niveau de la RPDC, pour mettre en oeuvre les résultats du sommet Etats-Unis/RPDC.

    Le président Donald Trump et le président Kim Jong-un se sont engagés à coopérer pour le développement de nouvelles relations entre les Etats-Unis et la RPDC et la promotion de la paix, de la prospérité et de la sécurité de la péninsule coréenne et du monde".

    Pas de délai ni d'étapes précises

    Le leader nord-coréen s’est engagé à une dénucléarisation complète, sans pour autant fixer de délai ou d’étapes précises à ce processus.

    Certains détails présentés comme "cruciaux" ne figurent pas non plus noir sur blanc dans l’accord, comme les termes "vérifiable" ou "irréversible" concernant l’exigence de dénucléariser. Les Américains semblent s’être contentés d’une définition plus simple, à savoir une dénucléarisation complète.

    >> L'analyse de Michaël Peuker dans le 12h30:

    Que dit l'accord entre Kim Jong-un et Donald Trump?
    Susan Walsh - AFP
    Le 12h30 - Publié le 12 juin 2018

  • 11h15

    L'ICAN dénonce une "fête de bienvenue au club des armes nucléaires"

    La Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN) dénonce "une grande fête de bienvenue au club des armes nucléaires" après le sommet Trump-Kim. L'ONG, qui a reçu le Prix Nobel de la Paix en 2017, a regretté mardi à Genève l'absence de mention au désarmement.

    "Nous soutenons la diplomatie et les solutions pacifiques. Mais il n'y a pas d'accord sur le désarmement nucléaire", déplore la directrice d'ICAN Beatrice Fihn. Elle a toutefois admis que la rencontre entre le président américain et le dirigeant nord-coréen "est meilleure qu'une guerre nucléaire".

  • 10h25

    Engagement pour une "dénucléarisation complète", selon Donald Trump

    En conférence de presse, Donald Trump a expliqué que Kim Jong-un a réaffirmé son engagement indéfectible à une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne".

    Le président américain a en outre affirmé que le dirigeant nord-coréen s'est engagé à détruire un site de tests de missiles.

    Il a expliqué ne pas envisager une réduction de la présence militaire de son pays en Corée du Sud. Il mettra cependant fin aux exercices militaires conjoints avec cette dernière.

    Le président américain Donald Trump lors de sa conférence de presse.
    Le président américain Donald Trump lors de sa conférence de presse. [Reuters - Jonathan Ernst]

  • 9h45

    Donald Trump promet d'inviter Kim Jong-un à Washington

    Le président américain Donald Trump a promis d’inviter le leader nord-coréen à la Maison Blanche et affirme que les deux hommes se rencontreront encore à de nombreuses reprises.

    Donald Trump promet d'inviter Kim Jong-un à Washington.
    L'actu en vidéo - Publié le 12 juin 2018

  • 09h15

    Le Japon doute que la Corée du Nord soit prête à renoncer à sa force nucléaire

    Le Japon doute que la Corée du Nord soit prête à renoncer à sa force nucléaire.
    - STR/Jiji Press/AFP
    La Matinale - Publié le 12 juin 2018

  • 8h50

    Un sommet qui rappelle celui entre Mao Zedong et Richard Nixon en 1972

    Richard Nixon Mao Zedong lors de leur rencontre en Chine en février 1972.
    AP Photo - Keystone
    Tout un monde - Publié le 12 juin 2018

  • 8h35

    Principe d'une "dénucléarisation complète"

    Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a réaffirmé son engagement envers une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne", selon le texte conjoint signé avec Donald Trump.

    Le document ne mentionne pas l'exigence américaine de "dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible", formule qui signifie l'abandon des armes et l'acceptation d'inspections, mais réaffirme un engagement antérieur plus vague, selon une photographie du texte vue par l'AFP.

  • 8h30

    Portée du sommet en Chine, en Corée du Sud et aux Etats-Unis

    Le leader nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Donald Trump lors de leur rencontre à Singapour.
    Evan Vucci - AP Photo - Keystone
    Tout un monde - Publié le 12 juin 2018

  • 8h25

    La Chine salue le début d'une "nouvelle histoire"

    La Chine, principale alliée de la Corée du Nord, salue le sommet de Singapour, tout en appelant à nouveau à une "dénucléarisation totale" de son voisin.

    "Aujourd'hui, le fait que les plus hauts dirigeants des deux pays soient assis côte à côte pour des pourparlers d'égal à égal a un sens important et constitue le début d'une nouvelle histoire", a déclaré devant la presse le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi.

  • 07h40

    Les deux dirigeants signent un document

    Les deux dirigeants ont signé un document qualifié de "global" par le locataire de la Maison Blanche et d'"historique" par le leader nord-coréen. Les détails n'ont pas été révélés.¨

    Kim Jong-un a également salué un nouveau départ dans les relations entre les deux pays.

    Donald Trump et Kim Jong-un affichent leur volonté de collaborer.
    L'actu en vidéo - Publié le 12 juin 2018

    "Aujourd'hui, nous avons eu une rencontre historique et nous avons décidé de tourner la page du passé", a-t-il lancé, remerciant le président américain d'avoir permis la rencontre. "Le monde va assister à un changement majeur".

    Le président américain dit avoir "établi une relation très spéciale" avec Kim Jong-un. Il l'a qualifié d'homme talentueux qui aime son pays.

    Possible invitation à Washington

    Le président américain a par ailleurs annoncé être prêt à inviter le leader nord-coréen à la Maison Blanche. "Nous allons nous rencontrer souvent", a-t-il déclaré.

  • 07h35

    Pour la Suisse, "encore un important travail à mener"

    "Il y a quelques mois, on craignait le pire, maintenant, on espère le meilleur", a déclaré la secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères Pascale Baeriswyl dans La Matinale de la RTS mardi. La diplomate insiste sur le premier pas et l'image forte que représente le sommet de Singapour, mais il reste "un important travail diplomatique à mener".

    "Il ne faut pas oublier le travail du président sud-coréen Moon. Il y a eu un important travail en amont, de la part de nombreuses personnes", insiste Pascale Baeriswyl.

    La Suisse a-t-elle éprouvé de la frustration en n'accueillant pas le sommet historique? La Suisse "a déjà beaucoup fait dans ce contexte", notamment par la présence d'officiers helvétiques sur la ligne de démarcation entre les deux Corées depuis 1953 ou l'organisation de tables rondes à Zermatt réunissant des officiels de la sécurité des Etats-Unis et de la Corée du Nord, répond la secrétaire d'Etat.

    >> Ecouter l'entretien avec la secrétaire d'Etat:

    La secrétaire d'Etat aux affaires étrangères Pascale Baeriswyl.
    Christian Merz - Keystone
    L'invité-e de Romain Clivaz - Publié le 12 juin 2018

  • 07h15

    Pendant ce temps, en Corée du Sud

    La Corée du Sud a les yeux rivés sur un sommet qui pourrait tendre vers un traité de paix avec la Corée du Nord.

    >> Entre fierté du président et scepticisme de la population, écouter les explications de notre correspondant à Séoul dans la Matinale:

    Le président sud-coréen Moon Jae-in a suivi la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un.
    Yonhap - AFP
    La Matinale - Publié le 12 juin 2018

  • 06h45

    Donald Trump va signer un document avec Kim Jong-un

    Suite à une discussion élargie, le président américain a qualifié ce sommet avec le leader nord-coréen de "rencontre fantastique" qui s'est déroulée "mieux que quiconque aurait pu imaginer".

    Donald Trump a évoqué "beaucoup de progrès" et annoncé qu'il va signer un document avec Kim Jong-un.

    Pressé par les journalistes d'en dire davantage sur le contenu de ce document, le président américain a répondu: "Vous en saurez plus très rapidement."

    >> L'analyse de Michael Peuker dans la Matinale

    La poignée de main historique entre Donald Trump et Kim Jong-un.
    Kevin Lim/The Straits Times/SPH - EPA/Keystone
    La Matinale - Publié le 12 juin 2018

    >> Voir aussi la chronique d'Alter Eco sur ce sommet:

    Alter Eco (vidéo) - Une photo ne fait pas fortune
    La Matinale - Publié le 12 juin 2018

  • 06h15

    Les images de la rencontre

    >> Le résumé de la rencontre en images

  • 06h00

    Un menu asiatico-occidental pour le déjeuner de travail

    Après les discussions, place au déjeuner de travail, dont le menu un est un savant mélange de mets occidentaux et asiatiques.

    Donald Trump et Kim Jong-un s'installent pour leur déjeuner à Singapour.
    L'actu en vidéo - Publié le 12 juin 2018

    En entrée, les dirigeants et leurs équipes devaient déguster un cocktail de crevettes, une salade de mangue verte et de poulpe et une spécialité coréenne, l'oiseon, du concombre farci.

    En plat principal, un confit de boeuf marchand de vin avec gratin dauphinois et broccolinis, une "combinaison" de porc croustillant sauce aigre-douce et de riz frit chinois, ainsi que de la morue braisée, ou "daegu jorim".

    En dessert enfin, une tartelette au chocolat noir, glace vanille et son coulis de cerise, ou une tarte tropézienne.

  • 05h10

    La "diplomatie de l'orchidée" de Singapour

    Traditionnellement, les chefs d'État et les célébrités qui se rendent à Singapour repartent avec une orchidée, la fleur nationale de la prospère cité-État, qui porte leur nom.

    Botanistes, journalistes et analystes sont curieux de savoir si le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un bénéficieront de la "diplomatie de l'orchidée" singapourienne ce mardi.

    L'orchidée hybride nommée "Vanda William Catherine", dédiée par Singapour au prince britannique William.
    L'orchidée hybride nommée "Vanda William Catherine", dédiée par Singapour au prince britannique William. [Keystone]

    Kim Jong-il, le père de Kim Jong-un, et Kim Il-sung, son grand-père, ont chacun leur fleur : "Kimjongilia" et "Kimilsungia", cultivées dans un centre d'exposition sur trois niveaux qui a ouvert en 2002 à Pyongyang.

  • 04h00

    Fin du tête-à-tête

    Après 50 minutes, le premier entretien en tête-à-tête entre Donald Trump et Kim Jong-un s'est terminé par une nouvelle poignée de mains.

    Tête-à-tête entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un.
    Tête-à-tête entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un. [Jonathan Ernst - Reuters]

    Les deux dirigeants ont ensuite entamé une réunion avec  leurs équipes, avant un déjeuner de travail qui devait conclure leur sommet historique sur l'avenir de l'arsenal nucléaire de Pyongyang.

  • 03h38

    Un tête-à-tête d'une heure

    Donald Trump et Kim Jong-un vont d'abord s'entretenir en tête-à-tête pendant un peu moins d'une heure, si tout se passe bien, avant d'être rejoints par leurs délégations respectives pour des discussions élargies consacrées à la dénucléarisation de la Corée du Nord et à la fin des hostilités entre les deux Corées.

    Ils participeront ensuite à un déjeuner de travail dans l'hôtel de luxe de l'île de Sentosa, qui devrait se conclure par une conférence de presse du président américain. Kim Jong-un n'a pas dit s'il y participerait.

    Les deux dirigeants ont prévu de quitter Singapour dans la journée.

  • 03h20

    "Nous avons surmonté les préjugés", a déclaré Kim Jong-un

    La Corée du Nord et les Etats-Unis ont surmonté des obstacles pour aboutir à leur sommet à Singapour, a déclaré Kim Jong-un à l'ouverture de ce tête-à-tête historique avec Donald Trump.

    Donald Trump et Kim Jong-un affichent leur volonté de collaborer.
    L'actu en vidéo - Publié le 12 juin 2018

    "Ravi de vous rencontrer M. le président", a dit le dirigeant nord-coréen au locataire de la Maison Blanche. "Le chemin pour en arriver là n'a pas été facile", a-t-il ajouté. "Les vieux préjugés et les habitudes anciennes ont été autant d'obstacles, mais nous les avons tous surmontés pour nous retrouver ici aujourd'hui."

  • 03h04

    Poignée de main historique entre Donald Trump et Kim Jong-un

    La première rencontre entre un président américain et un dirigeant nord-coréen a eu lieu. Donald Trump et Kim Jong-un se sont longuement serré la main.

    Poignée de main historique entre Donald Trump et Kim Jong-un
    L'actu en vidéo - Publié le 12 juin 2018

    Avant de s'éclipser pour leur discussion, les deux dirigeants se sont assis face à face, devant une large audience de journalistes et de photographes.

    "Nous allons avoir une relation formidable", a alors déclaré Donald Trump.

    Le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un se sont rencontrés à Singapour.
    Le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un se sont rencontrés à Singapour. [Reuters]

  • 03h00

    Donald Trump et Kim Jong-un entrent dans l'hôtel Capella

    Sous l'oeil des caméras, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un est entré dans l'hôtel Capella à Singapour, suivi quelques minutes plus tard par le président américain Donald Trump.

    La rencontre entre les deux chefs d'Etat est imminente.

  • 02h53

    Donald Trump tweete la crise cardiaque d'un de ses conseillers

    A quelques minutes de son sommet historique avec Kim Jong Un, le président américain Donald Trump a annoncé dans un tweet que son principal conseiller économique avait été victime d'une crise cardiaque.

    "Notre Grand Larry Kudlow, qui travaillait si dur sur le commerce et l'économie, vient d'avoir une crise cardiaque. Il se trouve maintenant au centre médical Walter Reed", près de Washington, a écrit le président.

    Les médecins ont depuis estimé que son état de santé n'est pas préoccupant et qu'il devrait se rétablir rapidement, a assuré la porte-parole Sarah Sanders.

  • 02h30

    Arrivée au sommet

    Les deux dirigeants sont arrivés sur les lieux du sommet, à savoir l'hôtel Capella qui se situe sur l'île de Sentosa, à Singapour, où tous les détails sont soignés pour la rencontre.

    Derniers préparatifs sur le lieu de la rencontre du président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un.
    Derniers préparatifs sur le lieu de la rencontre du président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un. [reuters]

  • 02h13

    Le leader nord-coréen a quitté son hôtel

    Kim Jong-un a à son tour quitté son hôtel et se dirige dans un long convoi vers le lieu de rencontre avec le président américain Donald Trump.

    Le convoi du leader nord-coréen Kim Jong-un en route pour sa rencontre avec le président américain Donald Trump à Singapour.
    Le convoi du leader nord-coréen Kim Jong-un en route pour sa rencontre avec le président américain Donald Trump à Singapour. [Reuters]

    La poignée de main entre le président américain et le dirigeant nord-coréen, prévue dans moins d'une heure dans un hôtel de luxe sur l'île de Sentosa, sera observée avec attention par des millions de personnes à travers le monde et aura sa place dans les livres d'histoire.

  • 02h05

    Donald Trump en route pour le sommet

    Le président américain se dirige à présent vers le sommet où il rencontrera le leader nord-coréen Kim Jong-un. Ce dernier n'a pas encore quitté son hôtel.

    Le convoi présidentiel de Donald Trump à Singapour.
    Le convoi présidentiel de Donald Trump à Singapour. [Reuters]

  • 01h45

    "Nous allons savoir si un accord est possible", affirme Trump

    Dans un tweet à deux heures de sa rencontre avec Kim Jong-un, le président américain s'est réjoui: "Nous allons bientôt savoir s'il est possible ou non d'avoir un véritable accord, contrairement à ceux du passé."

    Donald Trump a également nargué les experts qui l'ont "blâmé à tort depuis le début" de n'avoir plus rien à dire à présent. "Nous irons bien", a-t-il conclu.

  • 00h45

    Donald Trump se vante des résultats de la Bourse

    A quelques heures de son sommet historique avec Kim Jong-un, Donald Trump s'est adressé aux Américains via Twitter pour célébrer ses résultats économiques et leurs effets sur la Bourse.

    Il y a vanté également "le plus bas taux de chômage depuis des décennies, avec les plus bas taux de chômage de l'Histoire pour les Noirs et les Hispaniques et le plus bas taux de chômage féminin depuis 21 ans".

  • 22h40

    Virée nocturne pour Kim Jong-un

    Selfie, tour en ville sous les crépitements des flashs et cris de badauds devant son hôtel: le leader nord-coréen Kim Jong-un s'est offert lundi une rarissime sortie nocturne à Singapour.

    Celui dont les déplacements à l'étranger se comptent sur les doigts d'une main est sorti de son huis clos habituel pour visiter le jardin botanique ultra-moderne de la baie de la cité-Etat asiatique.

    Le ministre des Affaires étrangères de Singapour, Vivian Balakrishnan, a tweeté un selfie de lui avec Kim Jong-un, tout sourire, lors de la visite.

  • 21h50

    Donald Trump confiant

    Après avoir atterri dimanche, Donald Trump s'est dit "heureux d'être à Singapour, excitation dans l'air!" dans un tweet.

    Il s'est ensuite entretenu par téléphone avec le président sud-coréen Moon Jae-in et le Premier ministre japonais Shinzo Abe.

    "Je pense que cela va très bien se passer", a-t-il déclaré lundi lors d'un déjeuner de travail avec le Premier ministre singapourien Lee Hsien Loong, qu'il a également mis en scène sur Twitter.

    Les représentants des Etats-Unis et de la Corée du Nord se sont retrouvés lundi pour d'ultimes réunions de travail et tenter de rapprocher des positions encore très éloignées.

    >> Revoir l'arrivée du président américain dans le 19h30 de dimanche

    Après le G7, Donald Trump est arrivé à Singapour pour le sommet avec Kim Jong-Un
    19h30 - Publié le 10 juin 2018

    "Une ère nouvelle"

    De son côté, l'agence nord-coréenne KCNA a évoqué l'avènement d'une "ère nouvelle", confirmant que la dénucléarisation, mais aussi "un mécanisme de maintien de la paix permanent et durable dans la péninsule coréenne" seraient au menu du sommet.

    >> Voir les derniers préparatifs dans le 19h30 de lundi

    Singapour: le sommet entre Trump et Kim se prépare entre incertitudes et excitation
    19h30 - Publié le 11 juin 2018

  • 21h40

    Préparatifs coûteux pour Singapour

    Le coût du sommet à la charge de Singapour a été estimé à environ 20 millions de dollars (19,7 millions de francs), dont plus de la moitié pour la sécurité.

    >> Les explications de La Matinale sur l'organisation du sommet:

    Check-point, contrôle de police et barrages se succèdent aux abords des hôtels où -logent Donald Trump et Kim Jong-un.
    Lynn Bo Bo - EPA - Keystone
    La Matinale - Publié le 11 juin 2018

    Les hôtels de Donald Trump et Kim Jong-un, lourdement surveillés, sont situés dans le quartier chic d'Orchard Road.

    Les hôtels de Donald Trump et Kim Jong-un sont situés dans le quartier chic d'Orchard Road, à Singapour.
    Les hôtels de Donald Trump et Kim Jong-un sont situés dans le quartier chic d'Orchard Road, à Singapour. [Google Maps]

    Mais qui va prendre en charge les frais du leader nord-coréen? Cette question est un problème inédit auquel sont confrontés les responsables américains.

    >> Lire: La note d'hôtel de Kim Jong-un à Singapour, un vrai problème logistique 

  • 21h30

    Le sommet scruté par le monde entier

    Sceptiques ou pleins d'espoirs, les regards du monde entier sont tournés vers Singapour pour scruter ce sommet, avec des attentes très différentes.

    Pour les transfuges nord-coréens, Donald Trump doit d'abord faire pression sur Kim Jong-un pour qu'il mette fin à l'esclavage et au travail forcé dans son pays, classé comme le pays qui asservit et exploite le plus sa population.

    >> Lire: Le rapporteur de l'ONU appelle à une amnistie de prisonniers en Corée du Nord

    En Corée du Sud, certains espèrent la fin de la confrontation héritée de la Guerre froide, alors que d'aucuns se montrent sceptiques quant aux intentions de Pyongyang. D'autres encore sont trop préoccupés par leur situation économique pour se soucier de la réunion.

    LaChine, alliée de la Corée du Nord, entend être partie prenante à tout traité de paix et profiter d'une éventuelle ouverture économique de son voisin.

    >> Pourquoi la Chine tient à ce sommet (Forum):

    Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un en compagnie du président chinois Xi Jinping.
    Ju Peng - Xinhua via AP - Keystone
    Forum - Publié le 27 mai 2018

    Le Japon, allié proche de Washington, demande au président américain de parler de ses ressortissants enlevés dans les années 1970 et 1980 pour former les espions nord-coréens à la langue et aux coutumes japonaises.

    La France appelle à la "prudence" quant à l'issue du sommet, a déclaré lundi la ministre française des Armées, en appelant à ne pas croire que cette question pourrait "se résoudre de façon magique".

    L'Iran a affiché lundi son scepticisme et appelé la Corée du Nord à la vigilance. Pour ce pays, le retrait décidé par le président américain le 8 mai de l'accord sur le nucléaire iranien et d'autres accords internationaux ont montré que Donald Trump est un partenaire non fiable.

    Après avoir invité le leader nord-coréen à se rendre en Russie en septembre, Vladimir Poutine a qualifié de "courageuse et mûre" la décision de tenir le sommet à Singapour.

    >> Lire: Vladimir Poutine félicite Donald Trump pour son sommet avec Kim Jong-un

  • 21h20

    Les enjeux de la rencontre

    La rencontre des deux dirigeants a pour principal but la dénucléarisation "complète, vérifiable et irréversible" de la Corée du Nord en échange d'un soutien économique et des garanties de sécurité de la part des Etats-Unis.

    En 1994 puis en 2005, des accords avaient été conclus mais aucun d'entre eux n'a jamais été réellement appliqué, et la Corée du Nord a multiplié depuis 2006 les essais nucléaires et balistiques, jusqu'à la dangereuse escalade de l'an dernier.

    >> Lire: Entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, 70 ans de relations houleuses

    La Corée du Nord a depuis promis de fermer son site d'essais nucléaires, allant jusqu'à le détruire devant des journalistes étrangers.

    >> Revoir la destruction du site d'essai nucléaires le 24 mai:

    La Corée du Nord a démantelé son site d'essais nucléaires
    12h45 - Publié le 25 mai 2018

    Fin de la guerre entre les deux Corées

    L'autre objectif de la rencontre est d'ouvrir la voie à un traité de paix entre les deux Corées, officiellement toujours ennemies depuis la guerre de 1950-1953.

    La tenue du sommet, qui offre une visibilité internationale sans précédent au leader d'un régime cloîtré, est déjà vue comme une concession de taille de la part des Etats-Unis.

  • 21h10

    Les dates-clés de la rencontre

    Le 9 février, le président américain Donald Trump accepte de rencontrer le leader nord-coréen Kim Jong-un.

    >> Lire: Donald Trump accepte une rencontre historique avec Kim Jong-Un

    Le 10 mai, après différentes rumeurs sur les lieux et la date du sommet, celui-ci est fixé le 12 juin à Singapour.

    >> Lire: Le sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un fixé au 12 juin à Singapour

    Le 24 mai, Donald Trump annonce dans une lettre à Kim Jong-un l'annulation du sommet.

    >> Lire: Donald Trump annule sa rencontre avec le leader nord-coréen Kim Jong-un

    Le 1er juin, le président américain fait volte-face et confirme la tenue du sommet.

    >> Lire: Donald Trump confirme la tenue du sommet avec Kim Jong-un le 12 juin

    Le 10 juin, Donald Trump et Kim Jong-un arrivent à Singapour.

    >> Lire: Donald Trump et Kim Jong-un à Singapour pour un sommet historique

  • 21h00

    Une rencontre historique

    Ennemis depuis la guerre de Corée (1950-1953), les dirigeants des Etats-Unis et de la Corée du Nord ne se sont jamais entretenus de visu, ni même par téléphone.

    >> Lire: Entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, plus de 70 ans de tensions

    Ce tête-à-tête était d'autant plus inimaginable il y a quelques mois lorsque les deux chefs d'Etat s'étaient engagés dans une surenchère verbale.

    Surenchère d'insultes

    Donald Trump qualifiait alors Kim Jong-un de "petit homme-fusée", de "chiot malade" ou de "petit gros", alors que ce dernier promettait de discipliner "le gâteux américain malade mental.

    La rhétorique s'est spectaculairement apaisée à mesure que s'est confirmée cette année la détente sur la péninsule divisée.

    >> Lire: "Gâteux" contre "fou", Kim Jong-Un et Donald Trump ont des mots