Modifié le 16 mai 2018

Après les Etats-Unis, le Guatemala inaugure son ambassade à Jérusalem

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu inaugure l'ambassade du Guatemala à Jérusalem, le 16 mai 2018.
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu inaugure l'ambassade du Guatemala à Jérusalem, le 16 mai 2018. [RONEN ZVULUN - AFP]
Le Guatemala a inauguré mercredi à Jérusalem sa nouvelle ambassade en Israël, emboîtant ainsi le pas aux Etats-Unis. Quelques autres pays, tels que le Paraguay et la Roumanie, pourraient suivre.

"Vous avez toujours été parmi les premiers. Vous avez été le deuxième pays à reconnaître Israël", a rappelé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une cérémonie en présence du président du Guatemala Jimmy Morales.

Concrétisant la promesse controversée de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, les Etats-Unis ont inauguré lundi en grande pompe leur ambassade dans la ville sainte. Ces célébrations ont coïncidé avec un bain de sang dans la bande de Gaza, où près de soixante Palestiniens ont été tués par des militaires israéliens.

 

Suivre l'agenda des Etats-Unis

D'autres pays pourraient imiter la décision américaine. Le ministère des Affaires étrangères israélien a affirmé que le Paraguay en ferait de même avant la fin mai.

Patricio Navia, conseiller académique du centre pour l'ouverture et le développement de l'Amérique latine, explique ces décisions par le fait que le Guatemala et le Paraguay veulent "suivre l'agenda des Etats-Unis". "Plus ces pays sont faibles, plus ils sont sous pression", note-t-il.

>> Notre suivi de la journée de lundi: Gaza a vécu un lundi sanglant en marge de l'inauguration de l'ambassade US à Jérusalem

Oppositions en Roumanie

En Roumanie, le gouvernement social-démocrate, sous le feu de critiques américaines pour des réformes de la justice controversées, a adopté par surprise un mémorandum ouvrant la discussion sur un transfert de l'ambassade. Mais le président de centre droit Klaus Iohannis s'oppose à un tel transfert, le jugeant contraire au droit international. Il a appelé la Première ministre Viorica Dancila à démissionner.

Si elle menait à bien ce transfert malgré tout, la Roumanie serait le premier pays de l'Union européenne à imiter les Etats-Unis et à rompre avec la position européenne qui, suivant les résolutions de l'ONU, considère que le statut final de Jérusalem doit être négocié entre Israéliens et Palestiniens.

Enfin, en République tchèque, le président Milos Zeman s'est lui aussi exprimé en faveur du déplacement de l'ambassade de son pays à Jérusalem. Mais, pour l'instant, son gouvernement s'est contenté d'annoncer la réouverture d'un consulat honoraire et l'installation d'un centre culturel tchèque dans la ville.

agences/ta

Publié le 16 mai 2018 - Modifié le 16 mai 2018