Modifié le 12 mars 2018

Plus de 300 villages Rohingyas détruits depuis août en Birmanie

Village rohingya incendié en 2017 dans l'Etat d'Arakane.
Village rohingya incendié en 2017 dans l'Etat d'Arakane. [Soe Zeya Tun - Reuters]
Au moins 319 villages de Rohingyas ont été partiellement ou totalement détruits depuis août dans l'Etat birman de Rakhine, selon la Mission d'établissement des faits de l'ONU, qui a parlé de violences "extrêmement cruelles".

Outre les images satellites, "nous avons des centaines de témoins" de la volonté des autorités d'"éliminer toute trace restante" des Rohingyas dans certains villages et des crimes perpétrés, a dit lundi devant le Conseil des droits de l'homme le président de la Mission, Marzuki Darusman.

Il a dénoncé une violence "répandue" et "systématique" menée par les autorités. Des actes qui laissent entendre une "planification" et une "organisation" que la Mission va examiner en détail.

"Déraisonnable"

La situation récente à Rakhine, qui a provoqué le départ de centaines de milliers de Rohingyas au Bangladesh, mais aussi dans les Etats de Kachin et de Shan fait suite à des violations "systémiques" depuis longtemps des droits de l'homme en Birmanie,

De son côté, le représentant birman devant le Conseil a dénoncé l'objectivité des enquêteurs et estimé "déraisonnable" d'affirmer que son gouvernement est indifférent aux droits de l'homme.

ats/lan

Publié le 12 mars 2018 - Modifié le 12 mars 2018

Dénonciations d'Amnesty

La Birmanie est en train de construire des bases militaires à l'emplacement de villages de musulmans Rohingyas incendiés dans les violences de 2017, accuse Amnesty International dans un rapport publié lundi.

L'ONG de défense des droits de l'homme affirme que les vestiges de villages de Rohingyas et certains bâtiments encore intacts ont été rasés au bulldozer.