Modifié le 06 mars 2018

Le front anti-EI en Syrie lâché par les FDS pour faire face à l'armée turque

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont repris à l'Etat Islamique la ville de Raqqa et de vastes territoires du nord-est de la Syrie.
Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont repris à l'Etat Islamique la ville de Raqqa et de vastes territoires du nord-est de la Syrie. [Erik De Castro - reuters]
L'offensive turque en Syrie entraîne le retrait de milices sur le front contre l'EI qui rejoignent les combattants kurdes dans l'enclave d'Afrin. Le Pentagone a admis que la lutte contre les djihadistes est en "pause opérationnelle".

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), alliées aux peshmergas kurdes et à la coalition sous commandement américain pour lutter contre les djihadistes de l'Etat islamique (EI), ont décidé de redéployer 1700 de leurs combattants vers l'enclave d'Afrin pour aider les Kurdes à tenir tête à l'armée turque, a annoncé mardi un de leurs responsables.

Selon lui, 700 combattants ont déjà rejoint l'enclave située dans le nord-ouest de la Syrie, où la Turquie est passée le 20 janvier à l'offensive contre les milices kurdes YPG (Unités de protection du peuple).

"Pause opérationnelle"

Le Pentagone a reconnu lundi que l'offensive turque avait affecté la lutte contre l'EI et entraîné une "pause opérationnelle" dans l'est de la Syrie.

Selon un responsable américain s'exprimant sous le sceau de l'anonymat, plusieurs centaines de combattants kurdes ont aussi quitté la vallée de l'Euphrate au cours des deux dernières semaines.

reuters/mh

Publié le 06 mars 2018 - Modifié le 06 mars 2018