Modifié le 13 février 2018

Le président sud-africain Jacob Zuma appelé à la démission par son parti

Afrique du Sud: le président Zuma est poussé vers la sortie
Afrique du Sud: le président Zuma est poussé vers la sortie 19h30 / 2 min. / le 13 février 2018
Le comité exécutif du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir en Afrique du Sud, a demandé au président de la République Jacob Zuma de renoncer à ses fonctions, a-t-on appris mardi auprès de l'ANC.

L'ANC a donné 48 heures au président pour démissionner, a précisé le groupe audiovisuel public SABC. La direction du parti va lui adresser une lettre lui ordonnant de céder le pouvoir, après avoir rejeté la demande de Jacob Zuma de conserver son poste encore quelques mois, ont rapporté d'autres médias.

Jacob Zuma, âgé de 75 ans, est affaibli par des affaires de corruption. Il a déjà perdu ses fonctions à la tête de son parti, remplacé en décembre par son vice-président Cyril Ramaphosa.

Départ négocié depuis des semaines

Selon les médias locaux, le président tenterait d'obtenir l'immunité pour les nombreuses affaires dans lesquelles il est impliqué. Cyril Ramaphosa, essaie vainement depuis plusieurs semaines d'obtenir le départ anticipé du président, dont le deuxième mandat s'achève normalement en 2019.

Impatiente, l'opposition, qui demande depuis des années le départ de Jacob Zuma, a exigé la dissolution du Parlement.

agences/jvo

Publié le 12 février 2018 - Modifié le 13 février 2018

Jacob Zuma peut refuser de partir

La direction de l'ANC a le pouvoir de "rappeler" tous ses membres délégués à une fonction gouvernementale, comme elle l'avait fait en 2008 pour le président Thabo Mbeki, qui avait obtempéré et accepté de démissionner.

Mais le chef de l'Etat n'est toutefois pas obligé d'accepter cette décision.

Dans ce cas, l'ANC peut alors décider de présenter devant l'Assemblée nationale une motion de défiance. Ce texte peut être adopté à la majorité absolue et contraindrait Jacob Zuma à partir.

"Tourner la page"

"Nous savons que vous voulez tourner la page", a concédé dimanche Cyril Ramaphosa devant des milliers de partisans de l'ANC réunis pour les 100 ans de la naissance de Nelson Mandela, le père de la nation "arc-en-ciel".

"C'est le souhait de notre peuple de finaliser tout ça et c'est précisément ce que le NEC va faire", avait promis celui qui succéderait à Jacob Zuma en cas de démission du président.