Les grands enjeux de l'année 2018.

Et maintenant, 2018!

Publié le 07 janvier 2018 - Modifié le 07 janvier 2018

Les grands enjeux de l'année 2018

L'avenir des médias, les coûts de la santé, les élections en Russie, les grands rendez-vous sportifs ou encore le défi pour les entreprises de mettre en oeuvre la loi sur la préférence nationale, de nombreux points forts sont attendus durant l'année 2018 en Suisse et dans le monde.

>> Petit tour d'horizon sur les grands enjeux de l'année 2018 dans une série spéciale du 19h30.

  • Les coûts de la santé

    Comment éviter aux primes de prendre l'ascenseur

    Prendre soin de sa santé pèse lourd dans le porte-monnaie des ménages. Durant l'année 2016 en Suisse, 16,2% de la population a renoncé à voir un médecin pour des raisons de coûts. Et une personne sur cinq renonce aux contrôles ou aux soins dentaires.

    Face à ces enjeux, les coûts de la santé font l'objet de plusieurs débats dans les cantons: la question du remboursement des soins dentaires est par exemple discutée dans les cantons de Vaud, Valais, Genève et Neuchâtel.

    Le plafonnement des primes à 10% du revenu devrait entrer en vigueur dans le canton de Vaud en 2019. Ce plafond est également débattu dans les cantons de Genève et de Berne.

    Sur le plan fédéral, deux initiatives portent sur les assurances maladie: "Assurance maladie. Pour une liberté d'organisation des cantons" et "Pour un Parlement indépendant des caisses-maladie"

    >> Sujet du 19h30 diffusé le mardi 2 janvier:

    "Et maintenant, 2018 !": les coûts de la santé, un vrai défi pour les Romands
    19h30 - Publié le 02 janvier 2018

    Un système de santé "pas durable"

    "Il existe un risque d'une glissade dangereuse vers l'abandon de certaines classes de personnes", alerte le médecin Bertrand Kiefer dans le 19h30. Ce dernier craint qu'à terme, les aînés ou les pauvres ne soient abandonnés par le système de santé pour en diminuer les coûts. "Le système tel qu'il est conçu actuellement n'est pas durable."

    >> Les précisions du médecin Bertrand Kiefer:

    Coûts de la santé: entretien avec le médecin Bertrand Kiefer
    19h30 - Publié le 02 janvier 2018

    >> Lire plus sur ce sujet: "Le système de santé tel qu'il est conçu actuellement n'est pas durable"

  • L'avenir des médias

    Le sort des radio-TV de service public

    Quand on demande aux parlementaires ce qui sera le thème politique central de 2018, la réponse est assez unanime: la politique des médias.

    Le premier acte de cette année médiatique interviendra le 4 mars avec la votation sur l'initiative No Billag. Le peuple devra dire s'il accepte de supprimer la perception de la redevance radio-TV et de tout subventionnement de la part de la Confédération. En cas de oui, qu'adviendrait-il de la SSR?

    Si No Billag est refusé, alors ce sera le deuxième acte: la nouvelle loi sur les médias. Les parlementaires doivent-ils y définir le rôle du service public?

    Dernier acte enfin, l'attribution d'une nouvelle concession SSR pour 2019. Avec peut-être de nouvelles exigences pour l’entreprise.

    >> Sujet du 19h30 diffusé le mercredi 3 janvier:

    2018: l'avenir des médias agitera le Parlement suisse
    19h30 - Publié le 03 janvier 2018

    Les médias face aux géants du Net

    Mais au-delà du débat sur l'initiative No Billag, c'est toute la diversité des médias qui est menacée, notamment par la concentration ou la disparition de titres, par l'émergence de grands groupes, mais surtout par la concurrence impitoyable des géants du Net, les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple).

    "La puissance d'un géant comme Facebook est d'être à la fois une plateforme de distribution, une plateforme de commercialisation de publicité extraordinairement puissante, qui assèche la scène publicitaire pour les organes de presse traditionnels, et de plus en plus, ce sont des moyens de production de contenus mondiaux" affirme Guillaume Klossa, de l'Union européenne de radio-télévision (UER).

    >> Les précisions de Guillaume Klossa, de l'UER:

    Le devenir des médias: entretien avec Guillaume Klossa
    19h30 - Publié le 03 janvier 2018

    >> Lire plus sur ce sujet: "Facebook veut devenir la première plateforme de distribution de l'info"

  • Les élections en Russie

    Un simulacre de démocratie?

    En Russie, Vladimir Poutine est en lice pour être réélu à la tête du pays en mars 2018 lors d'un scrutin qui, en l'absence de concurrence, semble joué d'avance. L'opposition dénonce un simulacre de démocratie.

    Parmi les ressources mises en oeuvre par le pouvoir en place pour verrouiller le système et s'assurer le soutien de la population dans un pays en crise, il y a la propagande.

    Sa cible, depuis plusieurs années, c'est l'Occident dans une confrontation qui rappelle la guerre froide. Selon un sondage publié le mois dernier, 60% des Russes ont une mauvaise opinion des Etats-Unis.

    >> Sujet du 19h30 diffusé le jeudi 4 janvier:

    "Et maintenant 2018": la Russie et la démocratie
    19h30 - Publié le 04 janvier 2018

    En Russie, un "nationalisme de revanche"

    En Occident, il y a une sorte de fascination pour ou contre le président russe Vladimir Poutine, avec sa façon d'incarner l'ordre, la nation et l'autorité.

    Face à la "crise de la démocratie" que traverse l'Occident, "l'opinion se dit qu'un ordre plus autoritaire, plus musclé, pourrait peut-être rétablir certaines des fonctions que l'on attend du système politique", analyse Bertrand Badie, professeur à Science Po Paris, jeudi au 19h30.

    >> Les précisions du professeur Bertrand Badie:

    Russie et démocratie: l'interview du professeur Bertrand Badie
    19h30 - Publié le 04 janvier 2018

    >> Lire plus sur ce sujet: "La démocratie est au bord du gouffre, elle doit s'adapter au nouveau monde"

  • L'application de la préférence nationale

    Les défis pour l'économie et l'emploi

    Dès le 1er juillet 2018, les entreprises devront privilégier l'embauche des personnes sans emploi résidentes en Suisse. Cette exigence est le résultat de la mise en application de l'article sur l'immigration, concocté par le Parlement à la suite du vote populaire du 9 février 2014.

    Un véritable défi pour certaines industries, comme l'entreprise Dixi, au Locle (NE), à 2 kilomètres de la frontière, qui emploie 60% de frontaliers. Mais dans certains cantons, comme à Genève, on craint plutôt une désillusion pour les demandeurs d'emploi: "Les candidats seront présentés aux employeurs, qui n'auront ni l'obligation de les recevoir et encore moins de les engager", redoute le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia.

    Plus de 200'000 personnes à la recherche d'un emploi en Suisse entretiennent aujourd'hui l'espoir de retrouver du travail. Pour les cantons, il y a l'obligation d'obtenir des résultats, au risque de voir ceux qui ont remporté la votation du 9 février 2014 revenir à la charge.

    >> Sujet du 19h30 diffusé le vendredi 5 janvier:

    "Et maintenant 2018": la préférence nationale à l'embauche
    19h30 - Publié le 05 janvier 2018

    Une mesure "justifiée, socialement et économiquement"

    Pour l'économiste Jean-Pierre Danthine, ancien vice-président de la Banque nationale suisse (BNS), la libre circulation est un principe magnifique, mais qui doit être "modulée" lorsqu'il y a du chômage dans certaines professions.

    "Le principe de la préférence indigène me paraît totalement justifié, socialement et économiquement", affirme-t-il vendredi dans le 19h30. La mesure suffira-t-elle? "Je l'espère", répond-il, en s'en remettant à la responsabilité des entreprises de donner la priorité aux chômeurs locaux.

    >> Les précisions de Jean-Pierre Danthine:

    Préférence à l'embauche: l'interview de Jean-Pierre Danthine
    19h30 - Publié le 05 janvier 2018

    >> Lire plus sur ce sujet: "Les entreprises ont la responsabilité d'embaucher des travailleurs locaux"

  • Et dans le sport?

    Les JO de PyeongChang comme premier objectif

    Dès le mois de février, ce sont les Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang, en Corée du Sud, qui vont mobiliser les fans de sport, avec de bonnes chances de médailles, notamment en ski alpin et en ski de fond.

    En juin, ce sera la Coupe du monde de football en Russie qui occupera les esprits avec la participation de la Suisse et un match très attendu contre le Brésil.

    >> Sujet du 19h30 diffusé le samedi 6 janvier:

    "Et maintenant 2018": une année très "sport"
    19h30 - Publié le 06 janvier 2018

    Le sport fascine et rapporte beaucoup d'argent, notamment grâce à l'immense pouvoir d'attraction des rencontres ou des courses en direct, commente Pierre-Alain Dupuis, chef de la rubrique sport au 19h30. Le public suisse est massivement intéressé par les événements sportifs et cette année ne devrait pas faire exception.

    >> Les explications de Pierre-Alain Dupuis:

    Une année très "sport": les explications de Pierre-Alain Dupuis
    19h30 - Publié le 06 janvier 2018

  • Retour sur 2017

    "Tellement 2017"

    Retour sur les événements et images forts de l'année écoulée, dans une rétrospective un brin décalée: Tellement 2017!

    Retour sur les événements marquants de l'année 2017.
    Retour sur les événements marquants de l'année 2017. [DR]