Modifié jeudi à 21:27

Heurts au Proche-Orient après l'appel du Hamas à "une nouvelle intifada"

Début d'une nouvelle intifada en Cisjordanie
Début d'une nouvelle intifada en Cisjordanie L'actu en vidéo / 1 min. / jeudi à 13:35
Après l'appel du Hamas à une nouvelle intifada, des heurts ont éclaté jeudi entre des manifestants palestiniens et l'armée israélienne. Ils font suite à la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Des heurts ont opposé jeudi des manifestants palestiniens à des soldats israéliens en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza. Ils ont fait une vingtaine de blessés dans les rangs palestiniens, a-t-on appris auprès des services de secours.

A Hébron et Al Bireh, deux localités de Cisjordanie, plusieurs Palestiniens ont jeté des pierres en direction de soldats et brûlé des drapeaux israéliens.

Tirs de projectiles

Par ailleurs, l'armée israélienne a annoncé avoir riposté jeudi soir à des tirs de projectiles depuis la bande de Gaza, dont l'un est tombé en Israël.

Ces tirs surviennent à un moment de très vives tensions après la décision mercredi du président des Etats-Unis Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

Israël et le Hamas observent un cessez-le-feu fragile depuis la fin de la guerre de 2014, la troisième depuis que le mouvement islamiste a pris le pouvoir dans la bande de Gaza en 2007.

"Nouvelle intifada"

De son côté, le Hamas, le mouvement islamiste palestinien qui contrôle la bande de Gaza, a appelé à une "nouvelle intifada" pour dénoncer la décision du président américain.

Les Palestiniens ont déjà mené deux intifadas contre Israël, en 1987 et en 2000, ainsi qu'une "intifada des couteaux" à partir de la fin 2015.

"On ne peut faire face à la politique sioniste soutenue par les Etats-Unis qu'en lançant une nouvelle intifada", a déclaré le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, dans un discours prononcé depuis la bande de Gaza.

>> Lire aussi: Donald Trump reconnaît Jérusalem comme la capitale d'Israël

Le Hezbollah appelle à la résistance

De son côté, le Hezbollah libanais a qualifié la décision de Donald Trump d'"agression" contre la Palestine et a affirmé que seule la résistance permettrait au peuple palestinien de recouvrer ses droits. Le mouvement armé a par ailleurs appelé à une "manifestation massive" lundi.

Plus tôt jeudi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait, lui, déclaré que le président américain Donald Trump était "entré à jamais dans l'histoire" de Jérusalem. "Son nom s'affichera avec fierté aux côtés d'autres noms dans l'histoire glorieuse de notre ville", a-t-il dit lors d'un évènement organisé par le ministère des Affaires étrangères.

agences/sey/rens

Publié jeudi à 16:05 - Modifié jeudi à 21:27

Réactions indignées dans le monde

Jeudi, le gouvernement irakien a demandé aux Etats-Unis de revenir sur leur décision. "Nous mettons en garde contre les dangereuses répercussions de cette décision sur la stabilité de la région et du monde", a déclaré le gouvernement irakien.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a une nouvelle fois dénoncé jeudi la reconnaissance américaine, estimant que cette décision plongeait la région "dans un cercle de feu". "Ô Trump, que fais-tu? Quelle est cette approche? Les responsables politiques doivent oeuvrer pour la réconciliation et non pas pour le chaos", a-t-il ajouté.

L'Indonésie, plus grand pays musulman du monde, a condamné jeudi par la voix de son président, Joko Widodo, la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale de l'Etat d'Israël.

Ces réactions font suite à celles énoncées dès mercredi soir par la France, le Royaume-Uni et l'Iran. Toutes désapprouvent la décision de Donald Trump.