Modifié le 16 novembre 2017

Quand rabbin et islamologue dialoguent pour vaincre l'intolérance

L'islamologue Rachid Benzine et la femme rabbin Delphine Horvilleur.
Une femme rabbin et un islamologue publient un ouvrage pour la tolérance religieuse Tout un monde / 6 min. / le 14 novembre 2017
Rabbin issu du mouvement juif libéral, Delphine Horvilleur a publié avec l'islamologue Rachid Benzine "Des Mille et une façons d’être juif ou musulman" (Seuil). Ce dialogue interreligieux est déjà un grand succès médiatique.

L'intérêt suscité par cette rencontre entre un binôme inattendu est révélateur d’un appétit sur ces questions et de la curiosité autour de ce dialogue interreligieux. Et pour Delphine Horvilleur et Rachid Benzine, ce dialogue répondait à une véritable nécessité.

Ce dialogue est tout à fait possible à condition que l'on soit capables de réhabiliter la complexité de qui on est.

Delphine Horvilleur
 

"Depuis quelques années, on réduit les gens de façon étonnante à un élément de leur identité", souligne Delphine Horvilleur. "Quand je parle, bien souvent les gens n'entendent plus que la voix d'une juive, comme si le judaïsme racontait le tout de qui j'étais. En réalité, ce qui nous rapproche est beaucoup plus large que ce qui nous sépare", poursuit cette femme rabbin issue du mouvement juif libéral. "Ce dialogue - que certains jugent complètement impossible historiquement, ou essentiellement impossible, entre l'islam et le judaïsme - (…) est tout à fait possible, à condition que l'on soit capables de réhabiliter la complexité de qui on est."

Le titre que nous avons choisi montre d'abord l'idée de la pluralité.

Rachid Benzine
 

"L'homo judaicus n'existe pas et l'homo islamicus n'existe pas, enchaîne Rachid Benzine. "Et c'est très important dans une société qui a tendance à créer des assignations identitaires communautaires, où les gens ne sont plus vus qu'à travers le prisme religieux. Le titre que nous avons choisi montre d'abord l'idée de la pluralité, là où on a l'impression que seul le fondamentalisme ou le conservatisme seraient le mouvement authentique d'une expression religieuse."

Ce dialogue est donc, pour les deux auteurs, le moyen de lutter contre une tendance à enfermer l’autre dans une certaine idée de sa religion et à séparer les communautés.

On essaie de rompre avec cette rhétorique de la pureté et du non-mélange.

Delphine Horvilleux
 

"On s'est construits ces dernières années dans l'idée d'un 'nous' imperméable contre un 'eux' qu'il faudrait garder à distance, avec lesquels on n'aurait rien à voir et qu'on n'aurait pas vraiment rencontrés à travers l'Histoire", constate Delphine Horvilleur. "Comme si, pour être fidèle à sa tradition, il fallait se tenir à distance de l'autre. En réalité, quiconque étudie un tout petit peu l'histoire de sa tradition perçoit à quel point c'est cette rencontre avec les autres qui nous permet d'être là aujourd'hui et que nos traditions respectives, tout authentiques qu'elles soient, sont ce qu'elles sont parce qu'elles ont croisé d'autres civilisations. Donc on essaie de rompre avec cette rhétorique de la pureté et du non-mélange qui a malheureusement une si grande place aujourd'hui dans les constructions identitaires."

Les deux auteurs prônent la tolérance et la nuance, face à des voix qui assènent des vérités sur la tradition. "Pourquoi quand quelqu'un de très barbu ou de très traditionnaliste parle, on considère que sa voix représenterait une tradition plus authentique que quand des voix plus progressistes prennent la parole?, se demande la femme rabbin. "C'est ça qu'il faut interroger vraiment dans nos sociétés."

Le contraire de la connaissance n'est pas l'ignorance mais les certitudes.

Rachid Benzine
 

"Le doute et le questionnement sont vraiment au centre de ce livre-là", précise l'islamologue. "Je dis souvent que le contraire de la connaissance n'est pas l'ignorance mais les certitudes. A partir du moment où vous avez des certitudes sur votre propre tradition religieuse ou sur l'autre, vous n'avancez plus parce que vous enfermez l'autre dans vos représentations, souvent caricaturales. Lorsque vous pensez que vous détenez la vérité, le danger n'est jamais très loin."

Propos recueillis par Ariane Hasler

Texte web: Olivier Angehrn

Publié le 14 novembre 2017 - Modifié le 16 novembre 2017