Modifié le 25 octobre 2017

Le terrorisme tue vingt fois plus en Afrique qu'en Europe

L'Afrique constitue une cible de choix des terroristes, principalement islamistes. Depuis le début de l'année, 343 attentats y ont fait au moins 2600 victimes, soit 22 fois plus qu'en Europe. Nos infographies et carte.

La violence terroriste sévit quasi quotidiennement en Afrique. Dans la semaine qui a suivi l'attaque sans précédent de Mogadiscio - près de 360 morts le 14 octobre -, cinq nouveaux attentats ont été perpétrés sur le continent.

Au total, au moins 2600 personnes ont été tuées en 2017 dans la région, selon un décompte des principaux attentats à partir du 1er janvier. La comparaison avec un décompte similaire en Europe montre l'étendue du terrorisme en Afrique.

Sur le continent européen, 117 personnes sont décédées à la même période dans les 35 incidents qualifiés de terroristes, y compris ceux en lien avec le conflit en Ukraine: un bilan 22 fois moins élevé qu'en Afrique.

>> Victimes dans des attaques terroristes en Europe (bleu) et en Afrique (rouge) en 2017:

Nombre de morts depuis le 1er janvier 2017 dans des attaques terroristes en Europe (bleu) et en Afrique (rouge).
Nombre de morts depuis le 1er janvier 2017 dans des attaques terroristes en Europe (bleu) et en Afrique (rouge). [RTS - Infogram]

Afrique australe épargnée

L'Afrique du Nord, de l'Ouest et de l'Est sont fréquemment touchées par des attaques terroristes. Cette année, seule l'Afrique australe semble partiellement épargnée par la vague terroriste.

>> Les principaux attentats en Afrique sur notre carte:

Passer la souris ou cliquer sur les points pour obtenir plus d'informations

Recul au Nigeria

Après l'attentat à Mogadiscio, la Somalie est devenue le pays africain le plus meurtri en 2017 par des terroristes. Elle compte au moins 883 morts, contre 584 pour le Nigeria. Ces deux pays dénombrent ainsi plus de la moitié des victimes du terrorisme sur le continent.

Pour le Nigeria, Etat le plus touché ces dernières années, il s'agit d'une nette amélioration. Il profite du recul de Boko Haram, qui a perdu depuis la fin 2015 de grandes parties de territoire. Les djihadistes mènent toutefois encore régulièrement des raids meurtriers et des attentats-suicides dans les quatre pays riverains du lac Tchad (Nigeria, Tchad, Cameroun, Niger).

Au total, l'insurrection de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria a fait depuis 2009 au moins 20'000 morts et 2,6 millions de déplacés.

Mouvements djihadistes

La très grande majorité des attaques survenues depuis janvier ont été perpétrées par des terroristes islamistes, essentiellement issus de trois groupes: les Shebab, Boko Haram et le groupe Etat islamique, notamment ses branches au Sinaï et en Somalie.

Alors que Boko Haram recule au Nigeria, les Shebab profitent de la fragilité du gouvernement somalien pour contrôler de larges régions rurales du centre et du sud du pays. Depuis 2007, ce groupe lié à Al-Qaïda a juré la perte du pouvoir central, soutenu par la communauté internationale mais incapable de contenir les insurgés.

Outre les mouvements islamistes, des rébellions régionales, comme par exemple les Kamwina Nsapu en République démocratique du Congo, aggravent les violences.

Fusillades et attentats-suicides

Les modes opératoires les plus prisés des terroristes restent les fusillades et les attentats-suicides, souvent avec des véhicules piégés. Cette année, près de 80% des victimes de terroristes ont succombé dans ces types d'attaques.

Chaque groupe a toutefois ses spécificités. Boko Haram envoie souvent des femmes équipées de ceinture explosive dans des lieux publics, alors que les Shebab visent plutôt les hôtels dans lesquels résident les responsables officiels.

Nombre de morts en baisse

Bien qu'il reste élevé, le nombre de morts dans des attaques terroristes en Afrique est en baisse, selon les données du consortium d'étude du terrorisme de l'Université du Maryland. En 2016, quelque 7300 personnes avaient perdu la vie dans un attentat, contre près de 12'000 un an plus tôt, soit une diminution de près de 40%.

Cette tendance coïncide avec le recul de Boko Haram mais aussi à l'implication croissante des forces américaines sur le continent. L'Afrique est devenue leur deuxième zone d'intervention dans le monde, après le Proche-Orient, avec plus de 6000 hommes déployés dans 53 pays du continent.

>> Le reportage du 19h30 après l'attaque de Mogadiscio:

Depuis des mois, la Somalie vit dans la crainte des Chebab
19h30 - Publié le 16 octobre 2017

Valentin Tombez

Publié le 25 octobre 2017 - Modifié le 25 octobre 2017