Modifié le 05 octobre 2017

L'Irak reprend la ville d'Hawija, l'un des derniers bastions de l'EI

Des membres de l'Etat islamique mettent le feu à des puits de pétrole à Hawija, ville qu'ils sont sur le point de laisser aux forces irakiennes.
Au loin, des membres de l'Etat islamique mettent le feu à des puits de pétrole à Hawija, ville qu'ils sont sur le point de devoir abandonner aux forces irakiennes. [Ali Salim / Citizenside - AFP]
Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé jeudi la libération de Hawija, l'un des deux derniers bastions du groupe Etat islamique (EI) en Irak. "Il n'y a plus que la bande frontalière à reconquérir", a-t-il ajouté.

La bataille pour Hawija avait été lancée le 21 septembre. Cette victoire intervient alors que les forces irakiennes poursuivent les combats sur un autre front, celui du désert occidental frontalier de la Syrie.

Dans cette zone le long de la frontière poreuse avec le pays déchiré depuis six ans par la guerre civile, les djihadistes ne tiennent plus que deux localités: Rawa et al-Qaïm, frontalière de la province de Deir Ezzor en Syrie. Le 19 septembre, les forces irakiennes ont lancé une offensive pour les reconquérir.

"Le Kandahar d'Irak"

Hawija, située à 230 km au nord de Bagdad, est une ville sunnite de plus de 70'000 habitants a été surnommée "le Kandahar d'Irak" du fait de la présence de combattants extrémistes et en référence au bastion des talibans en Afghanistan.

Elle est l'une des dernières villes tenues par l'EI en Irak. Les djihadistes ont été chassés au cours des derniers mois de la majorité des territoires qu'ils avaient conquis en 2014.

afp/ta

Publié le 05 octobre 2017 - Modifié le 05 octobre 2017