Modifié le 13 septembre 2017

En pleine crise des Rohingyas, Aung San Suu Kyi annule sa venue à l'ONU

Aung San Suu Kyi lors d'une conférence le 11 août dernier.
Aung San Suu Kyi lors d'une conférence le 11 août dernier. [AP Photo/Aung Shine Oo - Keystone]
La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, mise en cause dans les violences qui ont contraint à l'exode des Rohingyas, ne participera pas à l'Assemblée générale des Nations unies qui s'est ouverte mardi à New York.

"La conseillère d'Etat n'assistera pas à l'assemblée générale de l'ONU" fin septembre, a déclaré mercredi Zaw Htay, son porte-parole mercredi à quelques heures d'une réunion du Conseil de sécurité qui doit discuter, à huis clos, de cette crise.

Le porte-parole n'a pas expliqué cette décision. "Elle n'a jamais peur de faire l'objet de critiques ou d'affronter les problèmes. Peut-être a-t-elle des affaires plus urgentes à gérer", a-t-il déclaré.

Exode de 370'000 Rohingyas

Depuis le début de la flambée de violences le 25 août, plus de 370'000 Rohingyas de Birmanie se sont réfugiés au Bangladesh pour fuir une opération de l'armée birmane. Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a évoqué lundi "un exemple classique de nettoyage ethnique".

>> Lire aussi: Le calvaire des musulmans Rohingyas, victimes de "nettoyage ethnique" en Birmanie

L'an dernier à la tribune de l'assemblée générale de l'ONU, la prix Nobel de la paix, qui dirige de facto le gouvernement birman depuis avril 2015, avait promis de soutenir les droits de cette minorité musulmane.

ats/ctr

Publié le 13 septembre 2017 - Modifié le 13 septembre 2017

Nouveaux morts dans des naufrages

Le Bangladesh a découvert sept nouveaux corps de réfugiés rohingyas morts dans des naufrages de bateaux en fuyant les violences en Birmanie, ont annoncé mercredi les autorités.

"Nous avons trouvé sept corps aujourd'hui, dont des enfants, qui ont échoué sur la rive de la rivière Naf de notre côté", a déclaré le colonel S.M. Ariful Islam, commandant des gardes-côtes du Bangladesh.

Ces découvertes macabres portent à au moins 99 le nombre de Rohingyas morts dans des naufrages depuis le 25 août, selon des chiffres de la police.