Modifié le 18 juin 2017

Deux morts dans l'attaque d'un hôtel prisé des Occidentaux à Bamako

L'établissement est particulièrement apprécié par les expatriés occidentaux.
L'établissement est particulièrement apprécié par les expatriés occidentaux. [Facebook]
L'attaque djihadiste contre un hôtel prisé des Occidentaux dimanche près de Bamako a fait deux morts et une vingtaine d'otages qui ont été libérés par les forces spéciales maliennes, a affirmé le ministre de la Sécurité.

"La première victime est une Franco-Gabonaise tandis que la vérification de la nationalité de l'autre est en cours", a déclaré Baba Cissé, porte-parole du ministère de la Sécurité.

La cible de l'attaque, "Le Campement" à Dougourakoro, à l'est de la capitale malienne, est appréciée par les expatriés qui y passent notamment les week-ends. "Toutes les forces de sécurité sont sur place", a précisé Baba Cissé en début de soirée. "Campement Kangaba est bouclé et l'opération est en train d'être conduite. Nous contrôlons la situation."

Les forces françaises au Mali n'ont pas fait de commentaire dans l'immédiat.

Etat d'urgence

La dernière attaque djihadiste visant des Occidentaux dans la capitale malienne remonte à mars 2016, contre l'hôtel Nord-Sud de Bamako, abritant la mission de l'Union européenne qui entraîne l'armée malienne (EUTMMali). Un assaillant avait été tué.

Le 20 novembre 2015, un attentat contre l'hôtel Radisson Blu avait fait 20 morts, outre ses deux auteurs. Il avait été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), en coordination avec le groupe djihadiste de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, Al-Mourabitoune, qui avait scellé à cette occasion son ralliement à Aqmi.

L'état d'urgence est en vigueur au Mali quasiment sans interruption depuis.

>> Le tweet de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali:

 

>> Sujet développé dans les flashs de la radio

afp/lgr

Publié le 18 juin 2017 - Modifié le 18 juin 2017

L'hôtel visé se situe à Bamako