Modifié le 18 juin 2017

Sepp Blatter: "On triche dans le football"

Sepp Blatter: "On triche dans le football"
L'intégralité de l'entretien avec Sepp Blatter L'actu en vidéo / 19 min. / le 18 juin 2017
Selon Joseph Blatter, le football est le sport humain par excellence où l’on triche plus qu’ailleurs. C’est pour cela qu’il y a des arbitres, non des juges. L'ex-patron de la FIFA se situant dans la catégorie des joueurs.

Durant les 17 années de son règne à la tête de la Fédération internationale de football (FIFA), Joseph - dit "Sepp" - Blatter a été le Suisse le plus puissant de la planète.

Il a été contraint à la démission en 2015 et suspendu de toute activité liée au football par la justice interne de la FIFA pour une durée de 6 ans suite à un versement de 2 millions de francs à Michel Platini, patron du foot européen (UEFA), lui aussi suspendu.

Suspicion

Dans l'émission Forum dimanche, Sepp Blatter évoque la triche dans le foot: "Ce n'est pas bien, mais on triche quand même", concède le Haut-Valaisan en rappelant en exemple le but de la "Main de Dieu" de l'Argentin Maradona contre l'Angleterre à la Coupe du Monde de 1986.

"C’est pourquoi ce sport s’est fixé des garde-fous", comme les arbitres, la culture du fair-play. Sepp Blatter s'étant d'ailleurs toujours considéré lui-même comme un joueur, non comme un arbitre.

Cette "culture" du football explique aussi la suspicion à l’égard des joueurs, selon lui. Ainsi, ce n'est pas un hasard si l'on s’attaque systématiquement aux affaires des grands footblalleurs, comme le Portugais Cristiano Ronaldo - qui vient d’être mis en accusation par le Parquet de Madrid pour fraude fiscale. "On ne suspecterait jamais Federer, pourtant une machine à argent. Federer est un intouchable.”

"Je n'ai pas voulu détruire" Michel Platini

Dans Forum, Sepp Blatter dit encore avoir très peu de regrets: "J’ai fait de cette entreprise (la FIFA, ndlr) une véritable multinationale."

Réagissant à l'entretien que Michel Platini a accordé au journal Le Monde dans lequel le Français accuse notamment l’ancien president de la FIFA d'avoir voulu son “scalp”, le Haut-Valaisan assure que "ce n’est pas dans (ma) nature de détruire les gens."

Quant à l’attribution controversée de la Coupe du Monde 2022 au Qatar, Sepp Blatter était contre et détaille comment Michel Platini, avec la France derrière lui, a fait pencher la balance en faveur de l’Emirat arabe.

Tout en soulignant: "Sportivement, Platini m’a appelé dix jours avant le vote (...) pour me dire que je ne bénéficierais pas de ses quatre voix en faveur des Etats-Unis."

Laetitia Guinand

Publié le 18 juin 2017 - Modifié le 18 juin 2017

Précision

La rencontre entre la RTS et Joseph Blatter a eu lieu mercredi à Zurich, soit peu avant l'annonce des premières conclusions pénales dans la vaste enquête sur l'affaire de corruption à la FIFA menée par la justice américaine et le Parquet suisse.