Modifié le 20 mars 2017

Huit nouveaux paquets "suspects" découverts à la poste d'Athènes

Intervention policière dans une rue d'Athènes après l'explosion d'un colis piégé, en 2010. Image d'illustration.
Intervention policière dans une rue d'Athènes après l'explosion d'un colis piégé, en 2010. Image d'illustration. [Dimitri Messsinis - Keystone]
Huit paquets "suspects", similaires à ceux adressés la semaine dernière au ministère des Finances allemand et au FMI à Paris, ont été découverts dans une poste d'Athènes, a indiqué lundi la police grecque.

"Huit colis suspects adressés à des personnes de pays européens ont été localisés et confisqués aujourd'hui", a annoncé la police grecque dans un message à la presse.

Ces paquets étaient dans un centre d'expédition du nord de la capitale grecque. Ils étaient adressés à "des personnalités de pays européens", et à d'autres institutions économiques mondiales, a précisé la police.

Une série de paquets piégés

La semaine dernière, des paquets explosifs avaient été envoyés au ministère allemand des Finances à Berlin et au bureau du FMI à Paris. Celui de Paris avait légèrement blessé au visage et aux mains l'employée qui l'avait ouvert.

La Conspiration des cellules de feu, un groupe anarchiste, a revendiqué l'envoi à Berlin, et les enquêteurs français ont également attribué l'attentat de Paris à la mouvance anarchiste grecque.

afp/fasl

Publié le 20 mars 2017 - Modifié le 20 mars 2017

Un plan "Nemesis"

Dans sa revendication, le groupe anarchiste Conspiration des Cellules de Feu avait prévenu que l'envoi du colis au ministère allemand entrait dans le cadre d'un plan "Nemesis" (justice en grec) visant "le système de pouvoir".

La Conspiration des cellules de feu avait mis l'Europe en état d'alerte en 2010 avec une série d'envois de colis piégés, notamment à la chancellerie allemande, et à des dirigeants européens.