Modifié lundi à 22:49

Des milliards de dollars de fonds russes blanchis, un scandale qui passe par la Suisse

Le Conseil fédéral ouvert jeudi une consultation sur l'échange automatique des renseignements fiscaux avec toute une série de pays.
Des centaines de millions de dollars ont transité par des banques suisses. [Martin Ruetschi - Keystone]
Au moins 20 milliards de dollars de fonds russes ont été blanchis lors d'une opération surnommée "Russian Laundromat", affirme lundi une organisation de lutte contre la corruption. Plusieurs banques suisses sont concernées.

Entre janvier 2011 et octobre 2014, plus 20,8 milliards de dollars ont été sortis de Russie et blanchis, dévoile l'Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP). Associé à cette enquête, le Beobachter a mis au jour les ramifications suisses de cette affaire.

La piste a conduit les enquêteurs vers 96 pays et un réseau de sociétés offshore, enregistrées en Grande-Bretagne, à Chypre et en Nouvelle-Zélande. Leurs propriétaires restent anonymes grâce aux lois sur les sociétés offshore.

Enquêtes en cours dans plusieurs pays

L'argent proviendrait notamment de détournements du Trésor russe par fraude, de contrats d'Etat truqués ou d'évasion fiscale. Il aurait transité dans pas moins de 732 banques dans 96 pays, dont plusieurs établissements en Suisse.

Environ 500 personnes seraient impliquées, dont des oligarques, des banquiers et des personnes en lien avec le FSB, l'agence de renseignement russe. Des enquêtes sont en cours en Moldavie, Lettonie, Grande-Bretagne et Russie.

vtom/dk

Publié lundi à 22:30 - Modifié lundi à 22:49

Le système bancaire suisse utilisé

L'enquête de l'OCCRP a été menée en collaboration avec 61 journalistes de 32 pays, dont des journalistes du Beobachter en Suisse.

Selon la carte interactive sur le site de l'OCCRP, 1050 transactions concernent la Suisse, pour un total de 608 millions de dollars.

Près de la moitié de ces montants ont transité via la Compagnie bancaire helvétique, une banque privée basée à Genève.

Les noms d'UBS ainsi que des filiales helvétiques de HSBC, de Royal Bank of Scotland et de la Deutsche Bank sont aussi cités.