Modifié lundi à 17:00

En France, l'Eglise aurait couvert une trentaine de prêtres pédophiles

L'Eglise catholique a mis sur pied une commission d'indemnisation pour les victimes de prêtres abuseurs.
Image d'illustration. [Gerald Herbert - AP/Keystone]
En France, 25 évêques, dont cinq sont toujours en poste, ont méthodiquement couvert pendant des années 32 auteurs d’abus sexuels, laissant derrière eux 339 victimes présumées, selon une longue enquête de Mediapart publiée lundi.

C'est un "Spotlight" français. Le fruit d'un an d'enquête. Sur les 339 victimes recensées par Mediapart, 288 sont des mineurs âgés de moins de 15 ans. Seuls 165 cas ont été retenus par la justice.

Le site d'information dit se baser sur l'analyse de centaines de documents, archives de presse, lettres manuscrites, rapports judiciaires et témoignages. Sur les 32 cas d’agressions sexuelles couverts par l’Église de France, la moitié d’entre eux concerneraient des faits établis après 2000.

Déplacés géographiquement

L'enquête décrit aussi le modus operandi. Dès que les premières plaintes de victimes font surface, le prêtre soupçonné prend un "congé sabbatique" et part en pénitence. Le temps de se faire oublier. Il est alors déplacé géographiquement ou muté professionnellement.

Selon Mediapart, 28 des 32 clercs impliqués ont ainsi été affectés ailleurs dès que des évêques ou des religieux ont été avisés de faits d’abus sexuels. Et la justice n'a jamais été informée.

ta avec reuters

Publié lundi à 16:50 - Modifié lundi à 17:00

Pas de commentaire de l'Eglise

Cette enquête a été réalisée avec le magazine "Cash investigation" de France 2, qui lui consacre son émission de mardi soir.

La Conférence des évêques de France a expliqué son refus d'y participer par "les méthodes utilisées pour les interviews".

L'épiscopat ne commentera pas pour l'instant plus largement l'enquête de Mediapart, a indiqué une porte-parole à l'agence Reuters.