Publié le 23 février 2017

L'ONU a besoin de 4,4 milliards de dollars contre les famines

Famine au Soudan.
Famine au Soudan. [Alexander Joe - AFP]
L'organisation des Nations unies a besoin de 4,4 milliards de dollars de financements d'urgence pour faire face à des situations de famine.

Plus de 20 millions de personnes sont dans des situations catastrophiques au Nigeria, en Somalie, au Soudan du Sud et au Yémen.

Des actions sont nécessaires rapidement pour éviter des désastres humanitaires, a souligné mercredi le secrétaire général Antonio Guterres à New York.

"Nous avons besoin de 4,4 milliards de dollars d'ici fin mars pour éviter une catastrophe", a-t-il dit. Les Nations unies ont levé jusqu'à présent seulement 90 millions de dollars.

Sans précédent

Le Soudan du Sud a déclaré lundi l'état de famine dans plusieurs zones du pays et certaines régions reculées dans le nord-est du Nigeria sont dans une situation très difficile depuis la fin d'année dernière.

La déclaration de ces quatre alertes aux famines au même moment est sans précédent au cours de ces dernières décennies.

Il n'y a eu qu'une seule famine dans le monde depuis l'an 2000, en Somalie, où 260'000 personnes sont décédées, dont la moitié étaient des enfants de moins de cinq ans, selon le programme alimentaire mondial.

agences/fb

Publié le 23 février 2017

1,4 million d'enfants en danger de mort

Le fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) a annoncé cette semaine que près de 1,4 million d'enfants risquent de mourir de malnutrition dans les mois à venir au Nigeria, en Somalie, au Yémen et au Soudan du Sud.

Des quatre situations de famine, seule une, en Somalie, est due à une sécheresse, les trois autres sont la conséquence de conflits, aussi décrits comme des crises alimentaires dues à l'homme.

Entre malnutrition et mort

"La situation est terrible", a repris Antonio Guterres. "Des millions de personnes survivent à peine, dans un état entre malnutrition et mort, vulnérables aux épidémies et aux maladies, obligées de tuer leurs animaux pour manger et de se nourrir avec les graines qu'ils auraient dû planter lors de la prochaine saison de semences".

Ce nouvel appel de l'ONU intervient alors que les agences des Nations unies peinent déjà à faire face aux besoins humanitaires en Syrie et à la crise des réfugiés.