Modifié le 17 février 2017

Marine Le Pen aurait produit de faux documents sur les emplois fictifs

Marine Le Pen, Front National.
Marine Le Pen empêtrée dans une affaire d'emplois fictifs à Bruxelles. [DR - AFP]
Le gendarme antifraude de l'Europe soupçonne Marine Le Pen d'avoir établi un "faux contrat de travail" pour son garde du corps, selon un rapport révélé par des médias français. La présidente du FN conteste ces accusations.

Mediapart et Marianne ont rendu public un rapport confidentiel que l'Office européen de lutte contre la fraude (OLAF) qui enquête sur l'affaire des assistants de Marine Le Pen au Parlement européen a transmis à la justice française. L'OLAF est un organisme administratif qui n'a pas le pouvoir d'enclencher des poursuites, mais qui fait des recommandations.

Un contrat problématique

Dans ce document, l'OLAF conclut qu'un des contrats signés par Marine Le Pen pour engager son garde du corps Thierry Légier durant trois mois en 2011 comme assistant parlementaire "ne correspond pas à la réalité" et que "de ce fait, le bulletin de salaire établi pour le mois d’octobre 2011 (...) constituerait un faux". Ces faits pourraient constituer une infraction pénale et ils ont été transmis à la justice française.

Durant l'enquête, la présidente du Front national (FN) a en effet reconnu qu'elle n'avait pas employé Thierry Légier durant ces trois mois et que son salaire total - plus de 41'500 euros - ne lui avait pas été payé. Elle a indiqué que cet argent avait permis d'obtenir du Parlement européen une "régularisation ancienne" d'une erreur, ce que le Parlement a démenti. Le contrat de travail présenté à l'OLAF pourrait donc être considéré comme un faux par la justice.

Des "irrégularités répétées"

Autre cas problématique, celui de Catherine Griset, ex-belle-soeur de Marine Le Pen qui a été son assistante de 1993 à fin 2016, mais qui n'a été que rarement présente à Bruxelles. L'OLAF évoque une "absence quasi permanente de son lieu de travail" et estime que ces "'irrégularités répétées' pourraient présenter les caractéristiques de l'emploi fictif".

Les soupçons sur les engagements des vice-présidents du FN Louis Aliot et Florian Philippot n'ont en revanche pas pu être étayés par l'enquête de l'OLAF.

Marine Le Pen a toujours réfuté toutes les accusations portées contre elle. A la suite de l'enquête de l'OLAF, elle doit rembourser au Parlement européen les 340'000 euros correspondant aux salaires de Thierry Légier et de Catherine Griset.

 

Cécile Rais

Publié le 16 février 2017 - Modifié le 17 février 2017

Maintien des retenues sur les salaires de 3 eurodéputés FN

La justice européenne a rejeté jeudi les demandes de trois eurodéputés français du Front National, dont Jean-Marie Le Pen, de suspendre les retenues sur leurs salaires.

Marine Le Pen, Bruno Gollnisch et Mylène Troszczynski affirment que ces décisions portaient atteinte "à l'exercice effectif de leur mandat". Mais "en l'absence d'urgence, il n'y a pas lieu de suspendre l'exécution des décisions attaquées dans l'attente des arrêts statuant sur les recours principaux introduits contre ces décisions et visant leur annulation", a tranché le président du Tribunal de l'UE.

Au-delà de la suspension demandée dans l'urgence, les députés demandaient en effet également l'annulation pure et simple de ces recouvrements, mais ces requêtes seront tranchées ultérieurement.

Le trio Le Pen-Macron-Fillon toujours en tête, selon un sondage

Marine Le Pen arriverait en tête du premier tour de l'élection présidentielle française, avec 25% à 26% des voix, devant Emmanuel Macron (20% à 23%) et François Fillon (17,5% à 18,5%), selon l'enquête Cevipof-Ipsos-Sopra Steria pour Le Monde publiée jeudi.

Deux scores sont publiés pour chaque candidat, selon que François Bayrou est candidat (premier score) ou non (second score). Le centriste n'a pas encore dit s'il se présenterait.

Le socialiste Benoît Hamon arriverait en quatrième position, avec 14% à 14,5%, et le candidat de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, en cinquième, avec 11,5% à 12%. S'il était candidat, François Bayrou obtiendrait 6%.