Publié le 14 février 2016 - Modifié le 15 février 2016

La Suisse mènera les relations diplomatiques entre Ryad et Téhéran

L'ambassade de Suisse en Iran lors d'une manifestation anti-américaine.
La Suisse mènera les relations diplomatiques entre Ryad et Téhéran Le 12h30 / 1 min. / le 14 février 2016
La Suisse représentera les intérêts de l'Arabie saoudite en Iran et ceux de l'Iran en Arabie saoudite après la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, a indiqué dimanche le Département fédéral des Affaires étrangères.

"Tel est le principal résultat d'une visite de 24 heures à Ryad du chef de la diplomatie", a précisé le DFAE dans un communiqué. Didier Burkhalter a rencontré dimanche matin le roi d'Arabie saoudite Salman ben Abdelaziz al-Saoud ainsi que le ministre des Affaires étrangères saoudien Adel ben Ahmed al-Jubeir.

Le chef de la diplomatie suisse avait rencontré son homologue iranien lors du Forum économique mondial de Davos en janvier. Mohammad Javad Zarif avait, quelques jours après la fin du sommet, accepté que la Suisse représente les intérêts iraniens auprès de Ryad.

Les modalités du rôle de la Suisse dans les bons offices entre l'Arabie saoudite et l'Iran doivent encore être discutées dans le détail avec des représentants des deux pays, a encore indiqué le DFAE.

Services de bases essentiels

Un mandat de bons offices consiste à assurer des services de base essentiels comme la délivrance de visas. Mais si les pays concernés le souhaitent, Berne "peut également offrir un canal de communication permettant un échange malgré l'absence de relations diplomatiques", ajouter Département.

L'exécution au début de l'année d'un imam chiite condamné à mort pour terrorisme en Arabie saoudite a mis à mal les relations entre les deux grandes puissances régionales. A Téhéran, une foule en colère a envahi l'ambassade d'Arabie saoudite, conduisant Ryad à rompre ses relations diplomatiques avec la république islamique.

ats/gchi