Modifié le 20 avril 2015

Le durcissement de la politique d'asile en Europe dénoncé

Migrants secourus dans le cadre de l'opération Triton par les gardes-côtes italiens en février 2014.
Migrants secourus dans le cadre de l'opération Triton par les gardes-côtes italiens en février 2014. (image prétexte) [Francesco Malavolta - AP Photo/Keystone]
Plusieurs organisations ont insisté lundi à Genève sur la nécessité de laisser ouvertes des voies légales et sûres pour éviter les naufrages répétés de bateaux de migrants en Méditerranée.

"Croire qu'on décourage les migrants en les laissant se noyer est une idée immorale et futile", a affirmé un porte-parole du Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) William Spindler, lors d'un débat organisé au Club suisse de la presse.

Le représentant du HCR a expliqué que les migrants connaissent les dangers d'une traversée de la Méditerranée. Mais ils ne renoncent pas, car ils sont complètement désespérés.

Réactiver Mare Nostrum

Il a estimé que l'UE a fait un faux calcul en mettant fin à l'opération Mare Nostrum l'an dernier, pour éviter qu'une opération de sauvetage efficace provoque un appel d'air attirant de plus en plus de migrants en Europe.

Pour éviter les drames répétés, il faut que les pays européens permettent aux demandeurs d'asile de venir par des voies légales et sûres, a souligné le porte-parole du HCR. Un point de vue partagé par Amnesty International, l'Organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR) ou le Comité français d'aide aux réfugiés.

afp/olhor

> Lire aussi: Plusieurs centaines de migrants sont en difficulté en Méditerranée

Publié le 20 avril 2015 - Modifié le 20 avril 2015

Amnesty Suisse sous le choc

"Les migrants prêts à s'embarquer savent qu'ils prennent des risques inimaginables. En plus ils dépensent de fortes sommes, c'est beaucoup plus cher que de prendre un avion. Si l'on leur laissait la possibilité d'un accès légal, ils ne se lanceraient pas dans ce voyage périlleux", a déclaré la directrice de la section suisse d'Amnesty Manon Schick.

Elle s'est déclarée "extrêmement choquée" par les drames de ces derniers jours au cours desquels plus d'un millier de migrants auraient perdu la vie en Méditerranée et affirmé que ces morts auraient pu être évités. "Un système coordonné de sauvetage en mer est très important", a-t-elle affirmé.