Modifié le 27 février 2015

Le CICR obtient des garanties pour acheminer de l'aide en Ukraine

Peter Maurer en conférence de presse à Moscou, le 24 février dernier.
Peter Maurer en conférence de presse à Moscou, le 24 février dernier. [Pavel Golovkin - ]
En visite dans la région, le président du CICR Peter Maurer a obtenu vendredi l'accord aussi bien de Moscou que de Kiev sur l'acheminement de l'aide humanitaire aux victimes du conflit à l'est de l'Ukraine.

Le Comité international de la Croix-rouge (CICR) prévoit d'augmenter son assistance au cours des prochaines semaines à la faveur du cessez-le-feu.

"J'ai reçu l'assurance du président Porochenko et du président Poutine que les civils victimes du conflit auraient accès à l'aide humanitaire. L'application de l'accord de Minsk permettra donc au CICR d'intensifier son assistance au cours des prochaines semaines", a-t-il indiqué.

Prêt à faciliter l'échange de prisonniers

Peter Maurer a exprimé son espoir que le cessez-le-feu soit respecté et affirmé que l'organisation est prête à offrir son expertise pour mettre en place un mécanisme international permettant d'acheminer l'aide humanitaire dans les zones touchées par le conflit.

Le CICR est également prêt à faciliter l'échange de prisonniers. Depuis septembre, ses délégués ont eu accès aux centres de détention du gouvernement et l'organisation prévoit de renforcer son accès aux détenus dans les deux camps afin de suivre leur traitement.

ats/kg

Publié le 27 février 2015 - Modifié le 27 février 2015

Trois soldats tués après deux jours d'accalmie

Trois soldats ukrainiens ont été tués en 24 heures dans l'est séparatiste pro-russe après deux jours d'accalmie, a indiqué vendredi le porte-parole militaire ukrainien. "Sept autres ont été blessés", a précisé Andriï Lyssenko.

Les combattants rebelles ont attaqué, selon lui, "avec des chars et des mortiers" les positions ukrainiennes dans les localités de Opytné, Vodiané et Avdiïvka, près des ruines de l'aéroport de Donetsk.

Réunion d'urgence de l'ONU

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit tenir vendredi une réunion d'urgence sur le conflit, afin de débattre de la trêve dans l'est, où se poursuit le retrait des armes lourdes du front.

Cette réunion intervient un an jour pour jour de la prise par un commando pro-russe du Parlement de Crimée, étape qui marqua le premier pas vers l'annexion de la péninsule ukrainienne par la Russie, qui a précédé l'explosion de violence dans l'Est.