Modifié le 15 janvier 2015

Pour le pape, la liberté d'expression n'autorise pas à "insulter" la foi d'autrui

François à l'issue de sa conférnece de presse dans l'avion qui l'emmenait du Sri Lanka aux Philippines, ce jeudi 15 janvier 2015.
François à l'issue de sa conférence de presse dans l'avion qui l'emmenait du Sri Lanka aux Philippines, ce jeudi 15 janvier 2015. [ - ]
Le pape a estimé jeudi que la liberté d'expression était un "droit fondamental" mais qui n'autorisait pas à "insulter la foi d'autrui", ajoutant que "tuer au nom de Dieu" était une "aberration".

Interrogé sur la liberté d'expression des caricaturistes contre les religions, après l'attentat djihadiste contre l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo, le pape François a déclaré: "On ne peut provoquer, on ne peut insulter la foi des autres, on ne peut la tourner en dérision".

"Chacun a non seulement la liberté, le droit, mais aussi l'obligation de dire ce qu'il pense pour aider au bien commun. Il est légitime d'user de cette liberté mais sans offenser", a-t-il insisté. Car "si un grand ami parle mal de ma mère, il peut s'attendre à un coup de poing, et c'est normal".

"Tuer au nom de Dieu est une aberration"

"Il y a tant de gens qui parlent mal des autres religions, les tournent en dérision, font un jouet de la religion des autres: ce sont des gens qui provoquent", a argumenté François. Mais tuer au nom de Dieu "est une aberration" et "il faut croire avec liberté, sans offenser, sans imposer, ni tuer", a-t-il insisté.

afp/pym  

Publié le 15 janvier 2015 - Modifié le 15 janvier 2015

Etonné par les attentats

"Ce qui se passe actuellement (avec les attentats islamistes) nous étonne, mais pensons à notre Eglise: combien de guerres de religion nous avons eues, pensons à la nuit de la Saint-Barthélémy. Nous avons été aussi pécheurs", a rappelé François.

Le pape avait déjà condamné à plusieurs reprises et dans les termes les plus fermes les attentats de Paris qui ont fait 17 morts la semaine dernière.