Modifié le 09 janvier 2015

Bilan des attentats en France: vingt morts, dont trois djihadistes

Nouvelles images de l'assaut lancé à Paris
Nouvelles images de l'assaut lancé à Paris [RTS]
Les deux auteurs présumés de la fusillade de Charlie Hebdo ont été tués vendredi par les forces de l'ordre au nord de Paris. Par ailleurs, l'attaque d'un magasin casher de Vincennes s'est soldée par la mort d'un assaillant et d'au moins trois otages.

Quatorze civils, trois policiers et trois terroristes abattus, c'est le bilan de trois jours de violences en région parisienne qui se sont terminés vendredi par deux assauts des forces de l'ordre.

Peu avant 17h00 vendredi, les unités d'élite de la gendarmerie ont abattu Saïd et Chérif Kouachi, auteurs présumés de l'attentat contre Charlie Hebdo qui a fait 12 morts mercredi. Les deux hommes sortaient de l'imprimerie où ils s'étaient réfugiés depuis la matinée, après trois jours de traque.

Relire le minute par minute de la journée: Sept morts, dont trois djihadistes, durant les assauts, suivi en direct

Un membre des forces de l'ordre a été blessé dans l'opération, ont indiqué des sources sécuritaires. Une personne qui se trouvait sur les lieux, un homme de 26 ans, a été libéré sain et sauf, a confirmé la gendarmerie.

L'assaut du GIGN à Dammartin-en-Goële:

Le GIGN lance l'assaut à Dammartin-en-Goële
L'actu en vidéo - Publié le 09 janvier 2015
 

Cinq morts à Vincennes

Parallèlement, un assaut a été donné contre un supermarché juif dans l'est parisien, où un homme avait pris depuis la mi-journée plusieurs personnes en otage. Après plusieurs détonations, des policiers ont pénétré dans le magasin.

Cette séquestration s'est soldée par le décès d'au moins trois otages, a indiqué la police, et d'une autre personne dont l'identité n'a pas été communiquée. L'agresseur, Amedy Coulibaly, un délinquant multirécidiviste, a été tué lors de l'assaut. Deux policiers ont aussi été blessés au moment où ils libéraient des otages, au nombre total de 15 à 20, selon la police.

Actions "synchronisées"

Le preneur d'otages aurait piégé le magasin spécialisé dans les produits casher. Il n'était pas possible dans l'immédiat de savoir si les otages ont été tués lors de l'assaut ou lors de la fusillade intervenue plus tôt dans la journée dans l'épicerie.

Amedy Coulibaly, 32 ans, était déjà suspecté d'avoir tué la veille une policière dans le quartier de Montrouge, dans la banlieue sud de Paris, et blessé une tierce personne. Il a affirmé vendredi à BFMTV avoir "synchronisé" son action avec les frères Kouachi.

Les enregistrements audio des terroristes:

Enregistrements audio des preneurs d'otage
L'actu en vidéo - Publié le 09 janvier 2015
 

ats/vkiss

Publié le 09 janvier 2015 - Modifié le 09 janvier 2015

Réactions en France

"Aujourd'hui, dans ce magasin casher, c'est bien un acte antisémite effroyable qui a été commis", a déclaré le président français François Hollande, ajoutant à propos de l'autre prise d'otage au nord de Paris que "ceux qui ont commis ces actes terroristes, ces illuminés, ces fanatiques, n'ont rien à voir avec la religion musulmane".

"Une immense tristesse pour tous ceux qui ont perdu la vie et des remerciements du fond du coeur aux forces de l'ordre qui sont intervenues avec une maîtrise et un sang-froid qui fait leur honneur", a pour sa part affirmé le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Trois jours de traque

La traque de Chérif et Saïd Kouachi, deux frères français d'origine algérienne, était entrée vendredi dans sa phase finale après trois jours de recherches dans le nord de la France. Des unités d'élite de la gendarmerie ont réussi à les encercler dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne, où ils s'étaient retranchés.

Rues désertes, rideaux de fer des commerces abaissés, accès routiers coupés par les forces de l'ordre, Dammartin était une ville morte en état de siège plongée dans la brume. Les chaînes de télévision en continu ont suivi en direct l'intervention des forces de l'ordre.

Les frères Kouachi se trouvaient depuis des années sur la liste noire américaine du terrorisme. Saïd Kouachi s'était entraîné au maniement des armes au Yémen en 2011. Il aurait également fréquenté une université fondamentaliste toujours au Yémen avant de batailler contre des miliciens chiites dans ce pays.