Publié le 29 décembre 2014 - Modifié le 29 décembre 2014

La Chancellerie allemande attaquée par un virus informatique américain

Le virus a été repéré après qu'une proche collaboratrice d'Angela Merkel a ramené de chez elle une clé USB.
Nouvelle affaire d'espionnage à la Chancellerie allemande Le 12h30 / 1 min. / le 29 décembre 2014
Un virus informatique de type cheval de Troie, fabriqué par les services secrets américains, a été introduit à la Chancellerie allemande, selon une information du Bild lundi.

Une nouvelle affaire d'espionnage a éclaté à la Chancellerie allemande. Selon le quotidien Bild lundi, une proche collaboratrice d'Angela Merkel a été la cible d'un virus espion, dont l'origine est américaine.

Très proche de la Chancelière allemande, cette collaboratrice a emporté chez elle, sur clé USB, un discours sur l'Europe qu'elle devait finir de préparer - ce qui est normalement interdit à la Chancellerie, pour des raisons de sécurité.

Cheval de Troie

Revenue à son bureau, la collaboratrice a ensuite transféré son document sur son ordinateur et là, les services de sécurité informatique de la Chancellerie ont sonné l'alarme.

Ce virus n'est pas un inconnu: "Regin" est un cheval de Troie très complexe, qui peut lire et copier des documents, voler des mots de passe, rétablir des données supprimées, etc. Et son origine est claire: il a été élaboré avec les services secrets américains et britanniques.

Blandine Milcent/kkub

Nouvelle brèche de confiance

Cette nouvelle affaire ébranle un peu plus encore la confiance entre Berlin et Washington.

En 2013, on avait découvert que le portable privé d'Angela Merkel avait été mis sur écoute par l'agence américaine du renseignement (NSA), ce qui avait perturbé durablement la relation transatlantique.