Modifié le 26 septembre 2014

Le Parlement britannique donne son feu vert à des frappes en Irak

GB: le pays rejoint les USA dans la coalition pour mener des frappes en Irak
La Grande-Bretagne rejoint les Etats-Unis pour mener des frappes contre l'EI en Irak 19h30 / 1 min. / le 26 septembre 2014
En autorisant vendredi des frappes en Irak, le Parlement britannique a officialisé le ralliement de la Grande-Bretagne à la coalition internationale contre l'Etat islamique autoproclamé.

Les députés britanniques réunis en session extraordinaire ont adopté vendredi par 542 voix contre 43 une motion du gouvernement autorisant le recours aux frappes aériennes en Irak contre l'Etat islamique (EI). Le vote de ce texte officialise le ralliement des Britanniques à la coalition militaire internationale qui lutte contre les djihadistes.

Cette motion autorise "l'usage des frappes aériennes" dans le cadre d'un soutien requis par le gouvernement irakien et stipule que Londres "ne déploiera aucun soldat britannique dans les zones de combat".

Opposition convaincue

L'adoption de la motion ne faisait guère de doute, le Premier ministre britannique David Cameron s'étant assuré, avant son introduction devant la Chambre des communes, du soutien du chef de l'opposition travailliste Ed Miliband.

David Cameron avait longuement déminé le terrain pour s'éviter un nouveau camouflet: il y a treize mois, les députés avaient mis leur veto à des représailles militaires contre le régime syrien de Bachar al-Assad accusé d'avoir eu recours à des armes chimiques.

agences/gchi

Publié le 26 septembre 2014 - Modifié le 26 septembre 2014

La Royal Air Force prête

Vendredi matin, le ministre des Affaires étrangères Philip Hammond avait indiqué que six chasseurs-bombardiers Tornado de la Royal Air Force, basés à Chypre, contribueraient aux raids de la coalition en cas de vote positif.

Les six appareils, équipés de bombes guidées laser et de missiles effectuent déjà des opérations de surveillance et sont désormais susceptibles d'entrer très rapidement en action.

La Maison Blanche ravie

La Maison Blanche s'est réjoui vendredi que le Royaume-Uni, le Danemark et la Belgique aient décidé de rejoindre la coalition militaire contre le groupe Etat islamique (EI) en Irak.

"Nous accueillons certainement favorablement le vote du Parlement britannique", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest.

La validation, par le Parlement belge, de l'envoi en Irak de six avions de combat est un "développement bienvenu", a ajouté le porte-parole, qui a aussi salué la décision du Danemark de déployer en Irak sept avions de combat F-16.

Ralliement de la Belgique et du Danemark

En Belgique, le Parlement a également donné son feu vert à une intervention, en Irak uniquement là-aussi, et six avions de combats F-16 ont quitté le pays en direction de la Jordanie. Les avions belges pourront intervenir dès samedi, a dit le ministre de la Défense.

Le Danemark a lui aussi annoncé vendredi le déploiement de sept F-16 en Irak pour participer à l'offensive.

Seule la France était présente jusqu'à présent pour mener des frappes en Irak au côté des Etats-Unis, qui, en Syrie, sont aidés par cinq alliés arabes - Jordanie, Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Qatar et Bahreïn.